Tourisme autochtone: d’autres rendez-vous

Tourisme autochtone: d’autres rendez-vous
Le Domaine Notcimik, en Haute-Mauricie. PHOTO TIRÉE DU SITE DU DOMAINE

Un peu partout au Québec, de Manawan à Issipit en passant par Mashteuiatsh et Mani-Utenam, les communautés des Premières Nations s’ouvrent au tourisme. Voici quelques occasions d’aller à leur rencontre.

Domaine Notcimik 

Propriété de Madeleine Basile, Attikamek de Wemotaci, et d’Alain Castonguay, métis micmac-québécois, le Domaine Notcimik, en Haute-Mauricie, se veut un lieu de communion avec la nature. On peut y camper, dormir en tipi, louer un chalet ou une tente prospecteur, pêcher, marcher dans les sentiers, se baigner dans le lac Notcimik. On peut en profiter pour en apprendre plus sur la culture attikamek, que les propriétaires sont très désireux de faire connaître, et même participer à des cérémonies rituelles, à certaines conditions.

Village iroquoien 

À Saint-Anicet, dans la très belle région du Suroît, se trouvent les vestiges du plus important village iroquoien jamais mis au jour au Québec. Le Centre d’interprétation du site archéologique Droulers/Tsiionhiakwatha, où l’on a fidèlement reproduit le village tel qu’il devait se trouver au XVe siècle, offre des visites guidées, diverses activités et même la possibilité de dormir dans une maison longue. À l’occasion du Mois de l’archéologie, en août, le site propose au public de participer à des ateliers de fouilles sous la direction d’une dizaine d’archéologues de l’Université de Montréal. Une expérience fascinante!

Micmacs de Gaspésie 

On dirait que tout le monde va passer ses vacances en Gaspésie cet été… Fort bien! Profitons-en pour rendre visite aux Micmacs de Gaspé, qui ont si gentiment accueilli l’ami Jacques Cartier quand il a mis le pied sur leurs terres. Exposition permanente sur l’histoire du «peuple de la mer», visite d’un campement traditionnel, sentier de plantes médicinales, ateliers, démonstrations, dégustations… Une autre occasion de mesurer tout ce que nous devons aux Premières Nations, sans qui les Français seraient tous morts du scorbut, ou de froid, ou des deux.

pow-wow à gogo! 

Les pow-wow, un mot algonquien qui signifie « leader spirituel », sont l’occasion pour les peuples des Premières Nations de tout le Canada et parfois d’Amérique de se réunir, de partager de bons moments et de perpétuer leurs traditions. Quelques-uns sont encore à venir en août et septembre. Patricia Auclair, porte-parole de l’organisme Tourisme autochtone, soutient que tout le monde y est bienvenu. «Les compétitions de danse, avec un feu d’artifice de costumes d’apparat, sont vraiment à voir», dit-elle. Près de Montréal, elle cite le pow-wow d’Akwesasne (10-11 septembre), «peut-être le plus grand de tous». Au menu: danse, chant, artisanat, dégustation, fête!

 

FABIENNE COUTURIER
La Presse

S.K
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply