Quand Pokémon Go dérange

Quand Pokémon Go dérange
Plusieurs Pokéstops se trouvent dans des attraits touristiques, des lieux publics ou des éléments marquants du paysage, comme cette église de San Francisco. PHOTO DAVID HAMILTON, ASSOCIATED PRESS

Pokémon Go n’est pas une bénédiction pour tous. Dans plusieurs endroits, la présence des joueurs est dérangeante, voire inquiétante. Exemples choisis où les chasseurs de monstres ne sont pas les bienvenus.

Musée de l’Holocauste

L’apparition, entre les murs du Musée de l’Holocauste à Washington, d’un Smogogo (un monstre dont le superpouvoir est de produire des gaz toxiques) a soulevé les critiques sur les médias sociaux. Montage photo truqué ou erreur des concepteurs? Qu’importe. «Jouer à ce jeu n’est pas approprié dans le musée, qui est un mémorial pour les victimes du nazisme», a expliqué le porte-parole du musée, Andrew Hollinger, au Washington Post. Une demande a été envoyée à Niantic pour retirer le musée du jeu.

Églises russes

Le jeu n’est pas encore offert au pays de Poutine, mais certains groupes s’inquiètent déjà que Pokémon Go soit utilisé à des fins d’espionnage. La chaîne télé Rossiya 24 a diffusé une information selon laquelle les personnes reconnues coupables d’avoir joué à Pokémon Go près des frontières internationales ou dans les églises seraient passibles d’une peine d’emprisonnement de trois ans maximum.

Musée Auschwitz-Birkenau

Pas moins de 136 Pokémon peuvent, dit-on, être capturés dans ce camp de la mort nazi, le plus grand de la Seconde Guerre mondiale. Pawel Sawiski, porte-parole du musée polonais, a déclaré que jouer à Pokémon Go sur le site était «irrespectueux de la mémoire des victimes du camp de concentration et d’extermination». Une lettre a été envoyée à la société Niantic pour retirer le musée de l’application.

Champs minés

En Bosnie-Herzégovine, des joueurs en quête de Pokémon ont été aperçus en train de marcher sur des terrains considérés comme minés, dans la région de Posavina. Un avertissement a été publié. Des dizaines de milliers de mines antipersonnel sont toujours enfouies dans les champs de la région, vestiges de la guerre de 1992-1995.

Cimetières

Les responsables de plusieurs cimetières américains ont interdit la chasse aux monstres virtuels sur leur territoire. C’est le cas de l’Arlington National Cemetery (ANC), où est notamment enterré John F. Kennedy. «Nous ne considérons pas que jouer à Pokémon Goest une attitude appropriée sur les terrains de l’ANC. Nous demandons aux visiteurs de s’abstenir de pratiquer pareille activité», peut-on lire sur le compte Twitter du cimetière, situé en Virginie.

 

STÉPHANIE MORIN
La Presse

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply