Wynd le purificateur d’air mobile et connecté

Wynd le purificateur d’air mobile et connecté

La pollution aidant, les purificateurs d’air commencent à intéresser les entreprises hi-tech qui y voient un nouveau marché à investir. Wynd Technologies est un purificateur d’air personnel de la taille d’une petite bouteille d’eau, transportable partout et capable de filtrer l’air dans n’importe quelle situation.

 
Il y a dix ans, alors que Raymond Wu étudie encore au prestigieux Massachussets Institute of Technology (MIT) de Boston, il se met à se poser des questions sur l’inquiétante baisse de la qualité de l’air dans sa ville d’origine, Pékin. Lors de séjours dans sa famille, il observe que « ses parents et ses grands-parents sont tous en train de respirer un air pas terrible ». À mesure que la qualité de l’air décline, leur santé aussi. Persuadé que la pollution n’est pas uniquement un danger pour la Chine, il cherche à trouver une « solution globale à un problème global ». Dix ans plus tard, après une expérience en conseil de gestion et capital risque, Raymond Wu crée un objet individuel permettant de filtrer l’air. Et pour financer sa production, il lance une campagne sur la plateforme Kickstarter.
Il dépasse alors très largement ses objectifs de financement. Alors qu’il demandait 50000 dollars, le purificateur d’iar Wynd a obtenu plus de 600000 dollars.
Ce purificateur d’air personnel a pour particularité d’être de la taille d’une petite bouteille d’eau, transportable partout et ainsi capable de filtrer l’air dans n’importe quelle situation. Selon l’entrepreneur, il peut libérer jusqu’à huit litres d’air pur par seconde dans un espace personnel de taille normale (un bureau, une chambre…ou encore une poussette, à l’extérieur). Ses huit heures d’autonomie annoncées et son orientation réglable visent à faciliter son utilisation dans les déplacements quotidiens.
Poussière, fumée, allergènes, bactéries, gaz d’échappement et industriels… Côté filtres, Raymond Wu assure que son dispositif a la capacité de filtrer jusqu’à 70 % des particules grossières et 50 % des particules fines, les plus néfastes au système respiratoire.
L’objet permettra également s’en savoir plus sur la qualité de l’air. L’équipe de la start-up fondée par Raymond Wu l’a en effet doté d’un capteur de pollution détachable, le « Wynd Air Quality Tracker ». L’utilisateur pourra consulter ses mesures à partir d’une l’application sur Smartphone ou de sa montre connectée.
Cette même appli devrait enfin permettre de suivre les mesures relevées par d’autres utilisateurs, mais aussi par les stations météorologiques, et ce à travers le monde. Des informations cruciales à l’heure où plus de 80 % de la population mondiale vit dans des zones urbaines dont les niveaux de qualité de l’air dépassent les limites établies par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
L’appareil est vendu en précommande à 125 euros au lieu de 170 euros, pour une livraison prévue à partir de novembre 201

source   nouvellestechnologies

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply