UN VÉLO GÉNÉRATEUR D’ÉLECTRICITÉ POUR PROJETER DES FILMS

UN VÉLO GÉNÉRATEUR D’ÉLECTRICITÉ POUR PROJETER DES FILMS
Le pédalier électrique mis au point par Cinécyclo – Crédit : ArteFuture

Là où l’électricité n’est pas distribuée par un réseau, il reste possible d’allumer des ampoules… et même des projecteurs cinématographiques ! C’est ainsi que l’association de cinéma itinérant Cinécyclo, à l’aide d’une sorte de vélo électrique bricolé, projette des films jusque dans les zones rurales les plus éloignées du Sénégal, dont seules 10 % ont accès au courant électrique.

Le Sénégal est la deuxième escale de l’expédition Nomade des mers, dont Science&Vie est partenaire, qui a entamé fin février un tour du monde en catamaran autour des low-tech, ces technologies ingénieuses répondant par des solutions simples aux besoins de base : produire de l’énergie, de la chaleur, de la nourriture et de l’eau potable.

LE VÉLO GÉNÉRATEUR PRODUIT DE L’ÉLECTRICITÉ PAR LA SEULE FORCE DU PÉDALAGE

C’est à Dakar, la capitale du pays, que l’équipage du Nomade a rencontré les jeunes concepteurs deCynéciclo, à leur tour engagés dans un tour du Sénégal, où ils diffusent des films, des documentaires sur des thèmes comme l’agriculture et des films d’animation pour les enfants. Et ce, avec de l’électricité produite à 100 % par la force du pédalage !

Exemple en vidéo : Cliquez ICI

 

Au cœur du mécanisme, une génératrice d’électricité baptisée “Made in Senegal” fonctionnant à l’aide d’une dynamo, qui peut être fixée à divers systèmes. Ici, c’est un pédalier (ressemblant à un vélo d’appartement), mais elle peut être montée à une manivelle où à une éolienne pour transformer la force des bras ou du vent en électricité. On ne saurait imaginer d’électricité à coût plus bas ! L’association Cinécyclo envisage d’ailleurs de créer une entreprise sociale pour commercialiser leur génératrice low-cost.

 

La génératice “Made in Senegal” de Cinécyclo – Ph. ArteFuture

La génératice “Made in Senegal” de Cinécyclo – Ph. ArteFuture

Comme le montre la vidéo ci-dessus, ce pédalier électrique a été éprouvé avec succès à bord duNomade des mers ! Bien évidemment, ont peut imaginer l’utiliser pour alimenter d’autres dispositifs qu’un projecteur, comme des ordinateurs ou tout autre machine électrique. Pour produire son électricité, le bateau embarque déjà une éolienne low-cost bricolée, toujours à Dakar, avec des matériaux de récupération (moteur pas à pas d’une imprimante, tubes PVC, acier à béton). Elle a une capacité de 20 watts, pour un coût d’environ 10 € (600 francs CFA).

 

 

Fiorenza Gracci
Science & vie

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply