Sécurité informatique: Immunio reçoit 5 millions US

Sécurité informatique: Immunio reçoit 5 millions US
Automatiser la sécurité des applications web, c’est le défi que s’est donné la jeune entreprise montréalaise Immunio, qui vient de conclure un nouveau cycle de financement de 5 millions US mené par White Star Capital, un fonds d’origine québécoise.

White Star rejoint le fonds britannique Hoxton Ventures, la BDC et Real Ventures au sein du capital d’Immunio, qui avait déjà fait l’objet d’un placement de 3,3 millions US depuis sa fondation, en 2013.

Immunio a été cofondée par Zaid Al Hamami et Mike Milner, qui se sont rencontrés à Montréal alors qu’ils travaillaient pour Canonical. Le premier terminait une maîtrise en administration des affaires du MIT, le deuxième avait bossé pendant une dizaine d’années pour le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) au Canada et chez son équivalent britannique.

Les deux hommes cherchaient une façon de se lancer dans le domaine de la cybersécurité.

« C’est un marché qui a toujours été très axé sur les grandes entreprises, observe M. Al Hamami. En 2000, la seule demande venait des banques, alors les entreprises technologiques ont produit des solutions très complexes, dispendieuses, qui nécessitent des consultants. Moi, je me demandais qui étaient les entreprises qui faisaient des choses cool, qui s’adressaient vraiment aux ingénieurs parce que, ultimement, c’est eux qui décident ce qui marche ou non, et la réponse était : personne. Alors nous nous sommes lancés. »

Après deux ans de développement, Immunio a lancé sa solution récemment. Il s’agit d’un module qui s’intègre aux applications web et surveille leur sécurité en temps réel.

« On surveille constamment pour déterminer ce qui constitue une activité normale pour cette application et nous détectons ce qui n’est pas normal », résume M. Al Hamami.

L’accès à des fichiers inhabituels, un utilisateur qui se branche à partir d’une région inattendue ou une ligne de code qui envoie de drôles de requêtes à la base de données sont autant d’éléments qu’Immunio peut d’abord détecter, puis bloquer.

« On peut pointer à notre client la ligne de code exacte que les pirates ont ciblée et leur indiquer comment ils s’en servent. »

Selon Jean-François Marcoux, cofondateur de White Star Capital, Immunio dispose d’une technologie « très unique, qui rend accessible la sécurité des applications à tous les développeurs ». Son cycle de vente assez court, comparativement à des solutions plus complexes et conçues sur mesure, est aussi cité comme un avantage qui pourrait lui permettre de croître rapidement.

Immunio compte actuellement 22 employés, dont la moitié à Montréal, où elle compte embaucher « agressivement » au cours de la prochaine année.

«On peut pointer à notre client la ligne de code exacte que les pirates ont ciblée et leur indiquer comment ils s’en servent.»
Zaid Al Hamami
Cofondateur d’Immunio
JEAN-FRANÇOIS CODÈRE
La Presse

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply