Québec : pénurie en vue de créateurs de jeux vidéo

Québec : pénurie en vue de créateurs de jeux vidéo

AGENCE QMI

L’industrie du jeu vidéo au Québec n’est pas qu’une affaire de gros joueurs: pas moins de 231 studios ont pignon sur rue dans la province, procurant de l’emploi à tout près de 10 000 professionnels, selon une étude réalisée par Techno Compétences.

 
Par contre, elle doit recruter de nouveaux talents de calibre international, si elle veut conserver sa place parmi les leaders mondiaux du jeu vidéo.

Propulsée depuis 2002, grâce à de généreux programmes de crédits d’impôt québécois et au Fonds des médias du Canada, l’industrie du jeu québécois occupe une place dominante au Canada. En 2016, elle abrite 29 % de l’ensemble des studios canadiens et 53 % de la main-d’œuvre. Elle a su établir sa réputation grâce à la qualité de sa main-d’œuvre créative.

Son succès repose également sur sa capacité à se diversifier et à offrir des créations d’envergure, pour les ordinateurs (PC) et les consoles, telles qu’Assassin’s Creed, coordonnées par l’équipe montréalaise d’Ubisoft.
Prolifération de studios

Plusieurs joueurs d’envergure, arrivés dès le début, ont complété leur cycle d’implantation (Warner, Eidos). En parallèle, de grands studios québécois ont atteint une certaine maturité (Frima et Behaviour, entre autres). Des annonces d’implantation de nouveaux studios ont également été faites par Bethesda et Gearbox Software.

«L’équilibre entre l’offre et la demande reste précaire puisque la majorité des grands studios ont des intentions de croissance avouée et de nouveau studio d’envergure continue à voir le jour», affirme le directeur du rapport, Vincent Corbeil.

 

JDM

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply