Nouvelle offensive de l’UE contre Google

Nouvelle offensive de l’UE contre Google
PHOTO ARCHIVES AP

La Commission européenne prépare une nouvelle offensive contre le géant américain Google pour des pratiques anti-concurrentielles, ont affirmé mardi à l’AFP deux sources proches du dossier à Bruxelles.

La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, pourrait planifier deux communications de griefs (l’équivalent d’un acte d’accusation dans le jargon européen) contre Google, a indiqué un avocat représentant différentes entreprises qui ont porté plainte contre l’américain.

Pour le premier cas, il s’agirait d’ouvrir un nouveau front contre les abus de position dominante de Google dans le secteur de la publicité en ligne.

Dans le second, il pourrait y avoir une accusation supplémentaire de celle déjà présentée en avril 2015 par Bruxelles : l’américain est pointé du doigt pour sa position dominante dans la recherche sur internet, qui lui permettrait d’attirer les consommateurs européens sur ses propres services de vente au détriment des concurrents.

Certains signes ne trompent pas : la Commission européenne a demandé à des rivaux de Google de «déconfidentialiser» certains documents à charge, a expliqué un consultant spécialiste des questions de concurrence. Ces derniers doivent ainsi rayer certains passages qu’ils considèrent comme relevant du secret des affaires et qui ne doivent en aucun cas, selon eux, être communiqués à Google, a-t-il détaillé.

«Dans les deux procédures, on avance de toute évidence vers un accès au dossier» pour Google, a ajouté l’avocat. «Et cela pourrait présager de deux communications de griefs», a-t-il dit, comme le suggère le quotidien britannique des affaires Financial Times.

Interrogé par l’AFP, un porte-parole de la Commission européenne, Ricardo Cardoso, a refusé de commenter ces informations.

Sur le calendrier, les rumeurs sur les affaires de concurrence dans l’UE vont bon train depuis quelques semaines à Bruxelles du fait de l’approche des vacances d’été en août. Généralement, le mois de juillet est propice aux annonces dans ce domaine, relèvent les deux sources. Les fonctionnaires chargés des dossiers terminent les affaires avant de partir en congés, expliquent-ils.

Le 20 avril dernier, l’exécutif européen avait par ailleurs adressé à Google une «communication des griefs» concernant le système d’exploitation et les applications Android : Bruxelles accuse notamment Google d’obliger les fabricants de smartphones qui utilisent son logiciel à également préinstaller ou privilégier certains de ses services sur leurs appareils.

 

AFP Bruxelles

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply