Quoi dire quand on n’a pas toutes les réponses?

Quoi dire quand on n’a pas toutes les réponses?
Mieux vaut écouter quand on ne sait pas quoi dire [photo: shutterstock.com]

Avec la rentrée, attendez-vous à de nouveaux changements. S’ils n’arrivent pas tout de suite, ils risquent de venir au cours du trimestre.

Et si vous êtes gestionnaire, c’est à vous qu’on demandera d’annoncer la nouvelle aux gens qui risquent d’être les plus touchés. Malheureusement, on ne vous donnera pas nécessairement toutes les réponses aux questions qui peuvent survenir comme : pourquoi ? qu’est-ce que ça change pour nous ? dans combien de temps ? où ? quand ? etc.

Cela pourrait vous mettre dans une position inconfortable, en équilibre entre la loyauté que vous devez à l’organisation que vous représentez et celle que vous devez aux équipes dont vous êtes responsable. Par mesure de prudence, allez-vous vous en tenir aux messages-clés qu’on vous aura fournis ? Ou serez-vous tenté d’inventer des réponses qui rassurent ?

Donner du sens

En tant que gestionnaire, votre premier devoir consiste à donner du sens aux décisions, même si ce n’est pas vous qui les avez prises.

C’est à vous d’orienter votre monde dans de nouvelles façons de faire, de nouveaux objectifs, de nouveaux paradigmes ; c’est vers vous que se tournent les regards interrogateurs. Les gens ont besoin de comprendre avant d’accepter. Tout comme vous. Mais il peut arriver qu’en vous en tenant au discours officiel, vous ne soyez pas en mesure de mener à bien votre mission. Mon conseil : profitez-en pour écouter.

La peur, mauvaise conseillère

Les gestionnaires se retrouvent souvent sur la défensive quand ils doivent annoncer des changements qu’ils savent impopulaires : pour éviter de porter flanc, ils vont s’en tenir à leur feuille de route et se contenter d’être la courroie de transmission de messages concoctés à haut niveau qui ne résonnent pas forcément dans le quotidien de leurs employés. Ce faisant, ils ratent une superbe occasion d’affirmer leur leadership et d’inspirer leurs équipes.

Passer de cascadeur à écouteur

Si la rencontre avec les employés vous rend craintif, je vous propose de changer de disposition mentale. Dites-vous que n’allez pas « au front » avec une nouvelle, mais que vous profitez de l’occasion pour prendre le pouls de vos équipes.

Déjà, vous respirerez mieux. Plutôt que de « forcer » un message que vous ne maîtrisez pas, vous allez poser des questions. Comment les gens perçoivent-ils ces changements ? Comment croient-ils que leur quotidien sera affecté ? Qu’est-ce qu’ils voient de positif dans ces changements ? De moins positif ? Si vous ne pouvez répondre à toutes les questions sur-le-champ, vous saurez quelle information aller chercher pour donner du sens aux décisions.

 

ISABELLE LORD

lesaffaires.com

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply