Chine : un plan sur cinq ans pour obtenir une croissance d’au moins 6,5%

Chine : un plan sur cinq ans pour obtenir une croissance d’au moins 6,5%

Le Premier ministre a annoncé que le pays allait concentrer ses efforts sur la création d’emplois

Les faits-En Chine, lors de l’ouverture de la session annuelle de l’Assemblée populaire nationale (APN), le Premier ministre a annoncé les mesures du 13ème plan quinquennal. Pékin vise une croissance entre 6,5 et 7%.

Pékin se tourne vers l’avenir. Sur fond de crise, la Chine a annoncé qu’elle visait une croissance d’au moins 6,5% sur les cinq prochaines années. Le Premier ministre, Li Keqiang, a précisé que les efforts seront concentrés sur la création de nouveaux emplois et la restructuration de son industrie. Ces mesures sont celles du 13ème plan quinquennal 2016-2020 qui ont été présentées, samedi 5 mars, par le gouvernement lors de l’ouverture de la session annuelle de l’Assemblée populaire nationale (APN), au Grand Palais du peuple (Pékin). Pour 2016, le gouvernement table sur 6,5 à 7% de croissance du produit intérieur brut (PIB).

Au cours de l’année 2015, la croissance chinoise est tombée à son niveau le plus bas depuis 25 ans avec 6,9%. « Le développement de notre pays est confronté cette année à des difficultés plus nombreuses et plus grandes, et à des défis plus importants, nous devons donc nous préparer à une dure bataille », a averti le chef du gouvernement. De plus, Pékin table sur une inflation aux alentours de 3% et une augmentation de la masse monétaire de 13% en 2016. « Le déficit budgétaire de 3% n’est pas suffisant et devrait être revu à la hausse », a jugé l’économiste Yu Yongding, ancien conseiller de la banque centrale.

Ce projet de 13e plan quinquennal donne un aperçu des grandes priorités du leadership chinois pour les prochaines années, soit la recherche d’un équilibre entre le maintien d’un solide taux de croissance et la restructuration d’industries peu performantes. Ces dernières sont désignées comme des responsables majeures de la pollution dans le pays. Pékin se fixe pour objectif de plafonner à 5 milliards de tonnes de charbon sa consommation totale d’énergie d’ici 2020.

Avec 7,6%, l’augmentation du budget de la défense sera cette année la plus faible depuis 2010. En 2010, sa croissance avait été de 7,5% et l’objectif de progression pour l’année dernière était encore de 10,1%, ce qui l’a porté à 886,9 milliards de yuans (123,5 milliards d’euros), soit le quart du budget de la défense des Etats-Unis.

150 milliards de yuans pour la réinsertion des employés licenciés. En début de semaine, le gouvernent a annoncé prévoir la suppression de 1,8 million de postes dans les industries houillères et sidérurgiques, sans en préciser le calendrier. Cinq à six millions de salariés d’entreprises publiques maintenues artificiellement à flot perdront leur emploi dans les deux à trois prochaines années, selon deux sources proches du gouvernement chinois. Pékin promet de débloquer 150 milliards de yuans (21 milliards d’euros) dans les deux ou trois ans pour la réinsertion des employés licenciés et vise dix millions de créations d’emplois dans d’autres secteurs. Le Premier ministre a ajouté que le taux de chômage serait maintenu sous les 4,5% de la population active en 2016.

Et la Chine souhaite faire de son pays l’un des leaders mondiaux dans les nouvelles technologies. Le pays espère ainsi profiter de la souplesse du secteur high-tech et de sa capacité à amasser et traiter des montagnes de données pour améliorer l’efficacité des secteurs plus traditionnels de l’économie. En détail, la Chine aspire à devenir un leader mondial dans des industries perfectionnées comme les semi-conducteurs, l’aéronautique, la robotique et les satellites.

(avec Reuters)

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply