Oran : le CRA aide à rétablir les liens familiaux

Oran : le CRA aide à rétablir les liens familiaux
APS

APS

ORAN – Le service œuvrant pour le rétablissement des liens familiaux relevant du Croissant rouge algérien (CRA) d’Oran a réussi la première expérience de rétablir le contact entre des migrants clandestins, des étrangers pour la plupart, et leurs proches, a-t-on appris de la coordination régionale de ce service.

Parmi 20 demandes de recherche lancées par ce service humanitaire en 2018, 19 personnes de nationalités africaines ont retrouvé leurs familles, après avoir été sauvées de noyade suite au naufrage de leur embarcation près des côtes oranaises en avril dernier.

La coordinatrice régionale, Dergam Houaria Inès, a expliqué que ce service a permis à ces rescapés de contacter leurs proches résidant en Afrique ou à l’étranger ainsi qu’à leurs amis de différents pays.

Divers moyens de communication (PC dotés de connexion Internet) et des téléphones ont été mis à leur disposition, à titre gracieux, pour donner de leurs nouvelles, a-t-elle précisé.

Ces rescapés sont restés en contact avec les leurs durant quatre mois jusqu’à leur rapatriement vers leurs pays. Il s’agit de la première expérience menée par le service de rétablissement des liens familiaux d’Oran.

« Cette expérience a été couronnée de succès et nous avons reçu les félicitations et les remerciements de ces familles saluant le travail effectué n de ces rescapés », a affirmé la même responsable.

Par ailleurs, ce même service a reçu d’Oran deux demandes de recherche de deux personnes ayant émigré clandestinement vers l’Europe. Ces deux migrants ont, entre-temps, rassuré leurs familles et donné de leurs nouvelles.

Le même service a également accueilli des personnes non résidantes à Oran à la recherche de leurs enfants qui ont émigré par la mer clandestinement.

Les familles concernées ont été orientées vers les comités du CRA de leurs wilayas respectives qui disposent de service de rétablissement des liens familiaux similaires.

La coordinatrice régionale a assuré que ce service « œuvre à rétablir les contacts rompus entre les membres de la famille suite à un conflit d’ordre social, à une catastrophe naturelle ou à l’émigration clandestine ».

Par ailleurs, dans le cadre de la lutte contre l’émigration clandestine, le service concerné oeuvre à organiser des « Portes ouvertes » pour sensibiliser les jeunes sur les risques de ce fléau.

Diverses activités se tiennent au boulevard de l’ALN (Front de mer) au centre-ville d’Oran, dans les maisons de jeunes ou dans les différents établissements universitaires.

Karim Arhab
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply