Urticaire chronique : que faire ?

Urticaire chronique : que faire ?
Le dermographisme est une forme d'urticaire assez rare : la peau rougit et marque à tel point qu'on peut y dessiner dessus. Ariana Page Russell

À l’occasion de la Journée mondiale de l’urticaire, le 1er octobre, zoom sur cette pathologie à l’origine de près de 2 % de l’ensemble des consultations en dermatologie.

L’urticaire est l’une des affections de la peau les plus répandues. On estime qu’environ 15 % à 20 % de la population mondiale a souffert, souffre, ou souffrira d’une forme d’urticaire. Elle se caractérise par l’apparition sur la peau de plaques rouges engendrant de fortes démangeaisons. En soi la maladie n’est pas dangereuse, mais elle est réputée pour altérer considérablement la vie sociale et amoureuse des patients.

Est-ce contagieux ?

Un site a ainsi été ouvert afin que les patients puissent échanger et témoigner des difficultés que la maladie engendre dans leur quotidien. L’occasion également de rappeler que l’urticaire n’a rien de contagieux. Selon le site Asthme & Allergies, entre 150.000 et 180.000 personnes sont atteintes d’urticaire chronique spontanée en France.

Combien de types d’urticaire ont été identifiés ?

Il existe trois types d’urticaire : une forme dite « aiguë » qui se manifeste par poussées ne durant pas plus de six semaines, et dont l’évolution est entrecoupée de rémissions, avec une régression spontanée. Une deuxième forme dite « récidivante » ou « récurrente » qui elle se caractérise par des poussées aiguës survenant sur plusieurs mois, avec des pauses d’une semaine à un mois. Enfin, c’est la plus observée, la forme chronique où les plaques rouges persistent durant plus de six mois et dont 40 % des patients atteints souffrent encore dix ans plus tard. Cette forme durable est celle qui est la plus propice à faire émerger des blocages sociaux qui isolent les patients.

Quelle prise en charge ?

L’évolution de l’urticaire est souvent favorable. Le traitement de l’urticaire aiguë ou chronique fait appel aux anti-histaminiques qui, pris de façon quotidienne, font complètement disparaître l’urticaire ou améliore au moins significativement l’état du patient (amélioration > 75 % selon l’Inserm). À l’origine de l’urticaire se trouve une cellule, le mastocyte, qui est fragile chez les personnes souffrant d’urticaire et libère des substances qui entrainent les papules (lésion cutanée de laquelle ne s’écoule aucune substance liquide). À noter que l’urticaire ne doit pas être confondu avec l’eczéma qui se caractérise par des vésicules dont l’ouverture va provoquer un suintement suivi de croûtes.

Le dermographisme : une forme d’urticaire étonnante

Le dermographisme est une forme très atypique d’urticaire. Il se réfère à une sensibilité de la peau, marquée par un phénomène assez étonnant : dès qu’une personne passe son doigt, un stylet ou tout autre objet sur sa peau, le tracé devient une ligne rouge, puis blanche, en léger relief (un peu comme une griffure en voie de guérison), qui s’estompe après dix à trente minutes. Il est même possible de lire ce qui a été écrit ! Cette réaction, sans douleur et ne provoquant aucune démangeaison, est due à la libération d’une substance dans l’épiderme appelée « histamine ». Atteinte de dermographisme, l’artiste américaine Ariana Page Russell a choisi d’utiliser sa maladie pour réaliser des photos artistiques. Une façon de dédramatiser son affection… Surprenant !

 

 

Hugo Jalinière

sciencesetavenir.fr

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply