Une étude danoise révèle une corrélation entre le poids à la naissance et l’intelligence

Une étude danoise révèle une corrélation entre le poids à la naissance et l’intelligence

 

COPENHAGUE – Une étude danoise a révélé l’existence d’une connexion entre le poids des bébés à la naissance et leur quotient intellectuel plus tard dans la vie, rapporte vendredi la presse locale.

« Nous définissons le poids normal à la naissance comme étant de 2,5 à 4 kilos, mais notre recherche montre que les personnes qui ont pesé à la pointe de ce spectre sont généralement développés pour devenir des adultes plus intelligents », a affirmé Trine Flensborg-Madsen, professeur agrégé au  Département de la santé publique à l’Université de Copenhague (KU).

La recherche a montré que les bébés danois qui avaient un poids de naissance entre 3,5 et 4 kilos sont devenus des adultes plus intelligents en moyenne.

« Mais si le poids dépasse quatre kilos, la tendance va dans la direction opposée », a relevé la même chercheuse.

La recherche, publiée récemment dans le journal scientifique Pediatrics, a montré que les bébés qui pesaient moins de 2,5 kilos à la naissance avaient en moyenne l’intelligence la plus faible à l’âge adulte.

La recherche est basée sur des informations provenant de près de 4 700 Danois nés entre 1959 et 1961 à l’hôpital de la ville de Rigshospitalet.

Les bébés en question ont ensuite reçu des tests de QI à l’âge de 28 ans et une deuxième fois à 50 ans.

En moyenne, les Danois ont un QI d’environ 100 et la nouvelle étude a révélé que les personnes qui pesaient moins de 2,5 kilos à la naissance avaient un QI moyen d’environ 96 à l’âge adulte.

Les bébés d’un poids de 3,5 à 4 kilos en moyenne avaient un QI de 102 et les personnes nées pesant plus de quatre kilos avaient un QI d’un peu moins de 102.

« Cela ne signifie pas que tous ceux qui ont pesé moins de 2,5 kilos à la naissance sont moins intelligents que ceux qui pesaient de 3,5 à 4 kilos, mais nous trouvons une corrélation claire entre le poids à la naissance et l’intelligence, ce qui appelle à réfléchir », a souligné Mme Flensborg-Madsen.

D’autres études ont trouvé des résultats similaires, mais la nouvelle recherche danoise est, selon ses initiateurs, la plus grande et la plus complète de son genre.

 

APS

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply