Femmes d’aujourd’hui

Femmes d’aujourd’hui

Prendre soin de soi aujourd’hui, c’est soigner chacune de nos multiples facettes. Se sentir bien en famille comme au travail, dans nos engagements comme dans notre vie de femme, de fille, de mère… Des conseils et des témoignages pour s’accepter et s’épanouir dans tous ces domaines, quel que soit notre âge.

Les femmes de ma génération n’en peuvent plus ! Certaines « craquent ». En dépit du fait qu’elles ont « tout ». Ou peut-être justement parce qu’elles ont « tout », et qu’elles n’arrivent plus à s’en sortir. Ce n’est pas un hasard si celles qui flanchent occupent souvent des positions de pouvoir, comme Louise Mensch, députée britannique sur le point de devenir ministre et qui vient de démissionner de ses fonctions pour se consacrer à sa petite famille, ou encore Anne-Marie Slaughter, conseillère de Hillary Clinton, qui a récemment tout planté. Mais pourquoi, au fait ? Beaucoup de commentateurs ont expliqué cette vague de renonciations en évoquant encore une fois le problème du rapport délicat entre vie privée et vie publique. Je ne le pense pas. La question est beaucoup plus complexe.

Certes, il est difficile pour une femme de concilier son travail et ses enfants. D’autant que, en dépit des progrès dans les rapports entre les hommes et les femmes, ce sont encore ces dernières qui se retrouvent à devoir gérer des « doubles journées » : à peine sont-elles rentrées du travail qu’elles doivent déjà s’occuper des courses, de la maison, des enfants… À part quelques heureuses exceptions. Mais le véritable problème de ces femmes à succès de 40 ans qui plaquent tout n’est pas là. Il réside bien plutôt dans ce que j’appellerais une « cage de la perfection », une cage qu’elles se sont elles-mêmes construite, et qui obéit à la logique destructrice du « tout ou rien » : si je n’arrive plus à être parfaite dans tout ce que je fais, il vaut mieux que je laisse tout tomber. Ce qui veut dire que, après avoir essayé de concilier l’inconciliable – être parfaite à la fois sur leur lieu de travail et à la maison –, elles craquent, car elles ne peuvent accepter le fait de ne pas être toujours parfaites en tout lieu et à toute heure.

Michela Marzano

 

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply