Pourquoi supporte-t-on mieux une chaleur qu’une chaleur humide?

Pourquoi supporte-t-on mieux une chaleur qu’une chaleur humide?
© DR

Cette désagréable sensation de « lourdeur moite », que l’on peut ressentir juste avant un orage d’été ou lors d’un séjour sous les tropiques, est due à notre mécanisme de thermorégulation (régulation de la température corporelle), moins efficace dès lors qu’on se trouve dans un environnement à la fois chaud et humide.

En effet, lorsque la température extérieure est élevée, le corps doit éliminer le surplus de chaleur pour se maintenir à une température constante (environ 37,5 °C). Pour ce faire, il utilise l’évapotranspiration cutanée. Les glandes sudoripares présentes dans la peau sécrètent de la sueur. L’eau contenue dans celle-ci extirpe l’énergie thermique excessive pour changer d’état et s’évaporer dans l’air, contribuant ainsi au refroidissement global de l’organisme.

Une chaleur humide empêche l’évaporation de la transpiration

Toutefois, ce phénomène ne peut se produire que si l’air ambiant n’est pas saturé en vapeur d’eau, c’est-à-dire si son taux d’humidité (hygrométrie) reste en deçà des 100 %. En France, ce taux est en moyenne de 70 à 80 %. Mais dans une forêt tropicale, le degré d’hygrométrie frise les 100 %. L’air, déjà saturé, se charge plus difficilement en eau. La sueur dégouline alors sur la peau au lieu de s’évaporer et elle ne permet plus une régulation thermique efficace de l’organisme.

C’est pourquoi une chaleur humide est plus inconfortable qu’une chaleur sèche… Mais ce n’est pas tout, car dans en environnement très humide, notre température corporelle peut grimper jusqu’à risquer l’hyperthermie (communément appelée « coup de chaleur »), préjudiciable au fonctionnement de nos cellules et, en particulier, de nos neurones.

D.S.

scienceetvie.fr

 

AdTech Ad
Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply