Le cerveau des prématurés est perturbé avant même la naissance

Le cerveau des prématurés est perturbé avant même la naissance
© Moriah E. Thomason, Wayne State University School of Medicine

Des chercheurs ont appliqué la technique d’IRM fonctionnelle sur des fœtus, et démontré que les troubles neurologiques liés à la prématurité démarrent dès la vie utérine.

Autisme, hyperactivité, retard mental… les enfants nés prématurément ont un risque plus élevé de souffrir de troubles neuro-développementaux. Un phénomène qui a longtemps être attribué aux méfaits, sur le cerveau, de la naissance précoce (complications respiratoires, déficits nutritionnel et hormonal…). Mais des neuro-scientifiques américains (Université d’Etat de Wayne, Université du Michigan et Université Yale) révèlent que les troubles seraient en réalité déjà présents dans le ventre de la mère.

IRM in utero

Et pour le démontrer, ils ont fait passer des IRM fonctionnelles… à des fœtus ! Cette technique d’imagerie consiste à mettre en évidence les zones actives du cerveau grâce à l’augmentation de flux sanguin qui s’y produit. Appliquée sur le ventre de 32 femmes enceintes, dont 14 étaient à fort risque d’accouchement prématuré (du fait d’une rupture de la poche des eaux ou d’un col de l’utérus trop court), cette technique a révélé que certaines aires cérébrales s’activaient de manière moins synchronisée chez les futurs prématurés que chez les fœtus qui allaient naître à terme. Cette particularité pourrait s’expliquer par une plus grande inflammation retrouvée dans le placenta des femmes à risque d’accouchement prématuré.

Une piste de prévention

« L’échantillon est petit, mais les résultats sont en accord avec des données obtenues sur des animaux et sur des prématurés venant de naître, affirme Moriah Thomason, premier auteur de l’étude. Je suis convaincue que les mêmes résultats seront retrouvés sur d’autres fœtus à risque de prématurité. » Restera cependant, une fois ces résultats confirmés, à imaginer des stratégies d’intervention in utero, afin de prévenir le développement de troubles neurologiques chez les prématurés.

 

Elsa Abdoun

Source: science&vie.com

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply