La virus de la polio recruté pour combattre le cancer du cerveau

La virus de la polio recruté pour combattre le cancer du cerveau
Sur cette photo, un enfant reçoit le vaccin contre la polio, l'un des virus les plus redoutés du monde, à Sanaa. PHOTO HANI MOHAMMED, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

MARILYNN MARCHIONE
Associated Press
New York

L’un des virus les plus redoutés du monde a été recruté pour lutter contre des tumeurs cérébrales mortelles.

Lors d’une petite étude, la survie a été meilleure que prévu pour les participants qui ont reçu des poliovirus génétiquement modifiés qui ont aidé leur corps à attaquer le cancer, rapportent les médecins.

Le premier test humain de cette stratégie n’a pas aidé la plupart des patients et n’a pas amélioré la survie médiane. Mais plusieurs de ceux chez qui un effet a été noté ont semblé en tirer un bénéfice durable : environ 21 % étaient en vie trois ans plus tard, contre 4 % d’un groupe de comparaison composé de patients précédemment atteints de tumeurs cérébrales.

Des tendances de survie similaires ont été observées avec d’autres thérapies qui enrôlent le système immunitaire contre différents types de cancer.

La docteure Annick Desjardins, de l’Université Duke, a prévenu qu’il s’agit « vraiment d’un premier pas ».

Les résultats préliminaires devaient être discutés mardi lors d’une conférence en Norvège et publiés en ligne par le New England Journal of Medicine.

Les tumeurs cérébrales appelées glioblastomes reviennent souvent après le traitement initial et la survie est généralement inférieure à un an.

Le virus de la polio envahit le système nerveux et peut provoquer une paralysie. Les médecins de Duke voulaient tirer parti de la forte réaction immunitaire qu’il provoque pour lutter contre le cancer. Avec l’aide de l’Institut national du cancer, ils ont génétiquement modifié le poliovirus pour qu’il ne nuise pas aux nerfs, mais infecte quand même les cellules tumorales.

Le traitement unique est inséré directement dans le cerveau à travers un tube mince. À l’intérieur de la tumeur, le système immunitaire reconnaît le virus comme étant un corps étranger et lance une attaque.

L’étude a testé le poliovirus modifié sur 61 patients dont les tumeurs étaient réapparues après les traitements initiaux. La survie médiane était d’environ un an, à peu près la même que pour un petit groupe de patients similaires ayant reçu d’autres traitements pour une tumeur cérébrale à Duke. Après deux ans, le groupe des poliovirus a commencé à mieux s’en tirer.

Le suivi se poursuit, mais la survie est estimée à 21 % à deux ans contre 14 % pour le groupe témoin. À trois ans, la survie était encore de 21 % pour le groupe de virus contre 4 % pour les autres.

Huit des 35 patients traités il y a plus de deux ans étaient vivants en mars, de même que cinq des 22 patients traités il y a plus de trois ans.

Le traitement provoque beaucoup d’inflammation cérébrale et deux tiers des patients ont des effets secondaires. Les plus communs étaient les maux de tête, la faiblesse musculaire, des convulsions, la difficulté à avaler et les capacités de réflexion altérées. Les médecins ont souligné que ceux-ci étaient dus à la réponse immunitaire dans le cerveau et que personne n’avait la poliomyélite à la suite du traitement.

Duke a commencé une deuxième étude chez les adultes, combinant le poliovirus avec la chimiothérapie, pour tenter d’améliorer les taux de réponse. Une étude chez les enfants atteints de tumeurs cérébrales est également en cours, et des études sur le cancer du sein et le mélanome du cancer de la peau sont aussi prévues.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply