Harvard : une étude confirme les bienfaits des protéines maigres

Harvard : une étude confirme les bienfaits des protéines maigres
Le "fish and chips" comme à Londres le 26 janvier 2015, est à proscrire. En revanche, manger des protéines maigres noix, poulet et poisson réduit les risques de décès contrairement aux viandes rouges, aux oeufs et aux produits laitiers, selon une étude de l'université Harvard. (c) Afp

Menée sur plus de 130.000 personnes durant trois décennies, ces travaux confirment le bénéfice des protéines maigres (noix, poulet, poisson…) sur les risques de décès. Et réserve quelques surprises sur l’impact des protéines grasses.

Manger des protéines maigres telles que les noix, le poulet et le poisson réduit les risques de décès contrairement aux viandes rouges, aux oeufs et aux produits laitiers, selon une étude américaine réalisée par des chercheurs de l’université Harvard.

Parue lundi 1er août 2016 dans le Journal de l’Association médicale américaine de médecine interne (JAMA), l’étude a été menée sur plus de 130.000 personnes durant trois décennies. Et si les résultats confirment ce que beaucoup de professionnels de la santé affirment depuis longtemps, ils réservent aussi quelques surprises.

Par exemple, manger de la viande rouge ou d’autres protéines grasses comme les œufs et le fromage n’augmente pas le risque de décès chez les personnes en bonne santé. « On s’attendait à ce que l’impact soit moins important dans le groupe des personnes ayant un mode de vie sain, mais pas à ce que ce lien disparaisse complètement », a déclaré le co-auteur de l’étude, Mingyang Song, chercheur au Massachusetts General Hospital.

D’autres facteurs en jeu

L’étude affirme toutefois que les personnes qui boivent beaucoup d’alcool, sont en surpoids, fument ou ne pratiquent pas d’activité physique sont eux susceptibles de voir le risque de décès augmenter en cas de consommation excessive de protéines grasses.

« Quand nous avons regardé les données de plus près, nous avons constaté que le groupe des personnes ayant un mode de vie malsain consommait plus de viandes rouges, d’œufs et de produits laitiers riches en matières grasses, alors que le groupe des personnes ayant un style de vie sain consommait plus de poisson et de volaille. » 

Les protéines les plus à risque se trouvent dans les viandes rouges, y compris le boeuf et le porc. L’étude conseille donc de préférer les protéines présentes dans le pain, les céréales, les pâtes, les haricots, les noix et les légumineuses.

 

Sciences et Avenir avec AFP

sciencesetavenir.fr

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply