Comment peut-on « dormir sur ses deux oreilles » ?

Comment peut-on « dormir sur ses deux oreilles » ?
© Pixabay/CC0

Tout dépend de la phase du sommeil profond où l’on se trouve. Dans le stade 4, plus aucune information auditive ne parvient à éveiller la conscience. A quelques exceptions près…

A côté de vous, les puissants ronflements ne troublent même pas votre sommeil, comme si, une fois endormi, vous étiez sourd. Vous « dormez sur vos deux oreilles » et vous êtes donc dans votre premier cycle de sommeil, plus exactement dans le sommeil lent profond de stade 4. Car à ce stade uniquement, vous êtes sourd aux bruits extérieurs.

La propagation du signal véhiculant l’information sensorielle serait ici freinée et les neurones sollicités plus difficiles à exciter. Résultat : quand des bruits entrent dans les oreilles, des signaux nerveux parviennent bien dans le cerveau, mais sans s’insinuer jusqu’à la conscience.

Certains stimuli font néanmoins réagir même pendant le sommeil profond

Ce qui ne l’empêche pas d’être traitée si nécessaire. C’est d’ailleurs pourquoi, même profondément endormi, on peut réagir aux cris de son enfant ou à son prénom.

Quant à l’origine de cette expression, qui traduit le fait de dormir au point d’être sourd, elle est sans doute une image, car à moins d’avoir un oreiller remontant sur les oreilles, difficile de dormir sur ses deux pavillons en même temps.

 

Karine Jacquet

Source : science&vie.com

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply