Cancer colorectal : manger des noix serait bénéfique contre les rechutes

Cancer colorectal : manger des noix serait bénéfique contre les rechutes
La consommation de deux à trois poignées de noix par semaine suffirait aux survivants du cancer du côlon à repousser le risque de réapparition de leur cancer. Photo: KROD/WPA/SIPA

Les dernières actualités de la recherche contre le cancer sont présentées pour Sciences et Avenir et en exclusivité par le Pr David Khayat, chef de service de cancérologie à la Pitié-Salpêtrière. 

Les noix seraient efficaces contre les récidives du cancer du côlon. En effet, une étude présentée lors du congrès 2017 de l’ASCO (American Society of Clinical Oncology) suggère que la consommation de deux à trois poignées de noix par semaine suffit aux survivants du cancer du côlon à repousser le risque de réapparition de leur cancer. Mais attention, tous les types de noix ne se valent pas… par exemple, la cacahouète ne compte pas.

Des chercheurs américains de l’Institut du Cancer de Boston (États-Unis) ont étudié le régime alimentaire de 826 patients souffrant d’un cancer du côlon de stade III, traités par chirurgie et chimiothérapie. Ils ont découvert que les patients ayant consommé au moins une soixantaine de grammes de noix par semaine – soit l’équivalent de 48 amandes ou 36 noix de cajou – avaient un risque de récidive réduit de 42% ainsi qu’un risque de décès lié au cancer du côlon diminué de 57% comparé aux patients n’ayant pas consommé de noix.

Aucun lien de cause à effet n’a cependant pu être démontré. Le Dr Richard Schilsky, médecin hygiéniste en chef de l’ASCO explique : « C’est le problème avec les études d’observation. Tout ce que vous pouvez dire, c’est que les patients ayant mangé des noix ont eu de meilleurs résultats. Mais est-ce réellement le fait d’avoir manger des noix ou est-ce simplement que les mangeurs de noix ont généralement un régime alimentaire plus sain que les autres ? » Pour sa part, Daniel Hayes, président de l’ASCO résume avec enthousiasme : « Cette étude montre que quelque chose d’aussi simple que manger des noix peut faire la différence dans la survie à long terme des patients. »

Sciences & Avenir

 

Karim Arhab
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply