Associer tous les secteurs à l’élaboration du plan national de prise en charge de la maladie d’autisme

Associer tous les secteurs à l’élaboration du plan national de prise en charge de la maladie d’autisme
Photo APS

ALGER- Le ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf a mis en avant jeudi à Alger l’importance d’associer tous les secteurs concernés et autres intervenants à l’élaboration du plan national de prise en charge de la maladie d’autisme.

M. Boudiaf qui répondait à la question orale d’une députée de l’assemblée populaire nationale (APN) concernant l’implication d’autres secteurs à l’élaboration de ce programme, a fait savoir qu’une commission nationale multisectorielle a été mise en place pour contribuer à l’élaboration du programme de prise en charge de la maladie d’autisme.

Il a précisé que cette commission, supervisée par le ministère de la santé et regroupant également les secteurs de l’éducation, du travail, de l’enseignement supérieur et le mouvement associatif, était chargée d’élaborer une stratégie d’organisation, de coordination et de suivi des activités de prévention et de prise en charge de l’autisme et de l’accompagnement des malades.

Ce programme s’inspire des expériences et objectifs de pays étrangers pionniers en matière de prise en charge de l’autisme notamment en matière de formation et de dépistage précoce de la maladie, a ajouté M. Boudiaf.

Il a rappelé l’intérêt particulier que le  président de la République accorde aux personnes atteintes d’autisme et à la nécessité d’apporter des solutions à leurs problèmes médicaux et sociaux.

Concernant les centres anticancer dont l’Algérie s’est dotée, le ministre a estimé qu’il constituaient un acquis pour le système sanitaire algérien.

Le citoyen est libre de choisir entre le secteur public ou privé pour se faire soigner », a soutenu M. Boudiaf pour qui le secteur privé complète le public.

Aprés avoir souligné l’impératif de dispenser des prestations de qualité signalant que les nouveaux centres dont s’est doté le secteur de la santé ont permis d’alléger pressions.

Il a annoncé que deux nouveaux centres seront prochainement ouverts à Tlemcen et Sidi Belabbès et que d’autres structures ouvriront vers la fin de l’année dans les wilaya d’Adrar, Laghouat et Tizi Ouzou.

Pour ce qui est de la pénurie de médicaments dans certaines officines de pharmacie, il a reconnu une pénurie de certains produits, assurant qu’il sera bientôt remédié aux dysfonctionnements enregistrés.

Une étude est actuellement en cours pour définir les besoins du marché en médicaments afin d’assurer leur disponibilité d’ici 2018. La production nationale couvre 61% du marché du médicament, s’est-il félicité.

Karim Arhab
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply