Anxiété, stress, hyperactivité… se soigner avec les plantes

Anxiété, stress, hyperactivité… se soigner avec les plantes

Et si les plantes pouvaient nous aider à moins prendre de médicaments ? C’est ce que défend le docteur Laurent Chevallier dans son dernier ouvrage Moins de médicaments, plus de plantes. Pour lui, plus de doutes, faire confiance au pouvoir thérapeutique de la nature permet de réduire l’option médicaments, dont les limites sont reconnues aujourd’hui. Démonstration avec les plantes à découvrir pour soulager l’anxiété, la nervosité ou l’hyperactivité des enfants.  

Anxiété

Le cerveau est le siège de la régulation du corps avec son environnement et du relationnel avec autrui. Il peut réagir de façon inappropriée, provoquant de nombreux troubles qu’il convient de corriger, essentiellement au naturel.

Les troubles anxieux ont tendance à se développer dans les sociétés actuelles engendrant des effets négatifs comme la difficulté de se concentrer, une fatigue parfois invalidante, une irritabilité, des troubles de la mémoire et des perturbations du sommeil qui altèrent la qualité de vie.

Les traitements conventionnels

–      benzodiazépines : Tranxène®, Lysanxia®, Nordaz®, Xanax®, Lexomil®, Temesta® ;

–      antihistaminique : Atarax®.

Les plantes ont toute leur place pour combattre ces troubles lorsqu’ils ne sont pas majeurs, c’est-à-dire lorsqu’ils n’entraînent pas ce qu’on appelle des troubles anxieux généralisés (TAG). Les effets secondaires des médicaments conventionnels à type de benzodiazépines sont multiples, notamment sur la vigilance, sur la mémoire… et ils peuvent créer des dépendances. Leur prise ne doit pas excéder 12 semaines (selon la réglementation actuelle).

Des alternatives existent grâce aux plantes qui, dans la plupart des situations, devraient être prises en première intention.

Ma tisane anti-angoisse

–       Aubépine (Tranquillisant) : 40 g

–       Aspérule odorante (Propriétés calmantes) : 40 g

–       Mélisse (Antispasmodique, surtout lors de troubles digestifs associés) : 30 g

Mes gélules de plantes (extraits secs, composition par gélule)

–       Aubépine : 0,15 g

–       Valériane (Troubles anxieux associés à une note dépressive) : 0,15 g

Mes huiles essentielles (HE)  

À appliquer en massage sur les tempes et au niveau du plexus solaire.

–       HE lavande : 2 ml

–       HE marjolaine : 2 ml

–       Huile végétale de noisette (Apaise les tensions) : 36 ml

Mon alimentation   

Évitez les boissons à base de caféine (café, colas…) et prenez des repas les plus équilibrés possible. Les produits laitiers ont un effet considéré comme relaxant en raison de la présence de caséine.

Attention aux faux amis que sont les boissons alcoolisées : elles ont une action sédative mais engendrent un sommeil de mauvaise qualité qui majore in fine les troubles anxieux.

Stress

De la nervosité et du trac aux attaques paniques des névroses post-traumatiques    

De nombreuses personnes sont sujettes à des réponses inadéquates, parfois proches de la réelle détresse face à un événement stressant, sur le court ou le long terme.

Les traitements conventionnels

–      benzodiazépines : Tranxène®, Lysanxia®, Nordaz®, Xanax®, Lexomil®, Temesta®…

–      antipsychotiques (lors de troubles sévères des névroses post-traumatiques) : zyprexa®, Xeroquel®, Risperdal®.

Les plantes sont particulièrement intéressantes dans toutes les formes bénignes de stress, de trac… qui sont invalidantes dans la vie quotidienne. Elles doivent être associées à une bonne hygiène de vie comprenant une alimentation équilibrée et une activité physique suffisamment soutenue et régulière.

Ma tisane calmante sans perdre mes moyens intellectuels

–       Aspérule odorante (Aide à mieux contrôler son émotivité) : 40 g

–       Tilleul (Calmant) : 50 g

Mes huiles essentielles (HE)   

Massage des tempes avant une situation possiblement stres-sante (examens, entretien d’embauche…).

–       HE ylang-ylang : 2 ml

–       HE lavandin : 2 ml

–       Huile végétale de noisette : 36 ml

Mon alimentation   

Sachez que tout déséquilibre alimentaire aggrave les troubles. Avant une situation qui pourrait se révéler stressante, anticipez en vous préparant comme un sportif à une « épreuve » : boisson (uniquement de l’eau ou une tisane de thym) ; féculent à base riz ou quelques pommes de terre vapeur ; poisson type saumon ou un peu de viande maigre comme du blanc de poulet ; et fruits ou compote.

Agitation, enfant hyperactif

(Après l’âge de 12 ans)

L’hyperactivité avec déficit d’attention est reconnue médicalement. Il existe chez les enfants qui en sont atteints des difficultés de concentration entrant dans le cadre des « troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité » (caractéristiques de la définition officielle : plus 6 mois de troubles qui ont débuté avant l’âge de 7 ans).

Les traitements conventionnels

–      psychostimulants : Ritaline®, Concerta®.

Les plantes ne se substituent pas aux traitements lorsqu’ils sont absolument nécessaires – attention toutefois aux sur-prescriptions –, mais peuvent être d’une aide au début, lors des troubles mineurs, ou accompagner les traitements conventionnels, puis être utilisés en relais.

La tisane aidant à réduire l’agitation chronique de mon enfant 

– Lotier (lotus corniculatus, réduit l’émotivité exacerbée) : 35 g

– Coquelicot (Apaisant) : 35 g

– Verveine odorante (Améliore le goût) : 25 g

L’alimentation de mon enfant  

Il faut veiller à ce que les repas soient pris à heure fixe et être vigilant sur les apports sucrés (sucre ajouté), et plus particulièrement les sodas et autres jus industriels. Ils peuvent majorer l’agitation. Faites boire à l’enfant uniquement de l’eau et du lait (selon sa tolérance) et ne lui autorisez qu’occasionnellement les bonbons, les glaces et les pâtisseries.

 

Laurent Chevallier

Source: psychologies.com

Samia Fali
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply