Des souvenirs codés dans l’ADN

Des souvenirs codés dans l’ADN

Une explication de la mémoire à long terme

ADNComment expliquer que certains souvenirs s’effacent rapidement de notre mémoire alors que d’autres restent présents pour la vie ? D’après une étude de neurobiologistes américain (AC Miller et coll.) publiée dans la revue de mai 2010 de « Nature Neuroscience », les modifications chimiques de l’ADN des gènes participent à l’ancrage des souvenirs.

Les souvenirs marquants, avec une longue durée de vie, sont ceux qui ont été transférés d’une zone de stockage à court et moyen terme, nommée hippocampe, vers des sites de conservation plus durable, et en particulier ceux du cortex préfrontal. Les auteurs de l’étude confirment l’hypothèse selon laquelle, dans le cortex préfrontal, les gènes des neurones codant les souvenirs seraient modifiés de façon presque irréversible, formant ainsi des réseaux stables dans le temps. Cette modification irréversible des gènes se ferait par un processus de méthylation. Ils ont ainsi montré chez les rats, qu’un souvenir indélibile d’un événement traumatique (choc électrique) est associé à cette méthylation de l’ADN. Les rats traités avec des substances qui bloquent la méthylation des gènes, oublient qu’ils ont subi des chocs électriques. La méthylation serait donc nécessaire à la stabilité des souvenirs et donc à la formation de ces souvenirs à long terme.

Voila une expérience fascinante avec des explications biologiques du mécanisme de la mémoire à long terme. S’il n’est apparemment pas possible de déméthyler ces gènes, je suis fort interessé de savoir si il est possible de méthyler les bons moments de la vie ?  Histoire d’accèder très facilement à mes ressources personnelles ! Sachons également ne pas voir un déterminisme dans les résultats de cette étude. Si le mécanisme biologique de la mémoire à long terme est définitif, cela ne veut pas dire que la conséquence émotionnelle de ce mécanisme est également irréversible. Ma conscience permet dans bien des cas de décider quoi faire et quel sens donner à des mécanismes biologiques. Les gènes ne sont pas tout et s’expriment plus ou moins en fonction de l’environnement interne et externe dans lequel ils se trouvent. Connaissez vous les théories de l’épigénétique ? L’expérience de la PNL montre que l’on peut modifier la signification donnée à des événements du passé. On ne change pas la mémoire des événements, mais on actualise leur signification.

Allez tchao, je vais aller me faire méthyler quelques bons souvenirs….histoire de préparer ma retraite…mais au fait quels gènes méthyler ??

Source : https://pnl-info.typepad.com/pnlweblog/2010/10/codage-des-souvenirs-dans-ladn.html

Amel IDIR
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply