Enfants : racontez-leur de belles histoires !

Enfants : racontez-leur de belles histoires !
© iStock

Pourquoi les enfants aiment-ils tant qu’on leur raconte des histoires ? Pourquoi réclament-ils certains livres plusieurs fois de suite ? Comment leur inventer des histoires qui leur plaisent ? Le point sur un besoin fondamental pour leur développement comme pour la relation avec votre enfant.

Pour alimenter son imagination, l’enfant réclame des histoires ; il lui en faut souvent et beaucoup. Il demande souvent que la même histoire soit lue et relue jusqu’à la connaître par cœur et faire semblant de la lire : c’est le meilleur moyen pour lui d’en maîtriser les aléas, les rebondissements et les particularités des héros.

Le meilleur moment pour lire ou raconter des histoires, c’est souvent le soir. Papa, ou maman, si occupés dans la journée, ont enfin l’air disponible en s’asseyant au bord du lit. Ce moment de lecture est souvent un rendez-vous attendu, un temps privilégié à deux, qui peut aider l’enfant à aller se coucher. Et lorsque vous avez l’air de vouloir partir, il insiste pour retarder l’heure de la séparation, de l’endormissement et demande une autre histoire : « Une seule, la dernière ! ». Dites-lui que c’est vraiment la dernière, que la journée est terminée et que demain, après une bonne nuit de sommeil, il y aura de nouvelles histoires.

 

Si vous aimez raconter des histoires

Pour varier les histoires, pourquoi ne pas en inventer ? Toutes les personnes, toutes les situations peuvent donner lieu à des récits. « Il y avait » ou « Il était une fois » deviennent des formules magiques. « Il y avait dans la rue une dame verte qui promenait un chien noir… » « Il y avait un chat qui courait derrière un pigeon… » « Il était une fois une petite fille qui partait dans la forêt… » Vous trouverez la suite et la fin. L’enfant est très bon public. Il écoute bouche bée, il est prêt à tout croire, à tout apprécier, à tout accepter. Il faut bien sûr respecter son niveau de compréhension et ne pas heurter sa sensibilité.

 

Ce qui plaît aux enfants

 • Comme au cinéma à la dernière image, le méchant doit être puni. D’ailleurs, l’enfant demande souvent des personnages dont on lui parle, ou qu’il voit sur des images : « Est-il gentil ? Est-il méchant ? »

• L’action doit être rapide : il faut qu’on comprenne et que « ça bouge ». Mais un peu de mystère est indispensable : « Tout à coup, on frappe à la porte… »

• Un personnage un peu ridicule, intervenant épisodiquement, est un élément de détente qui n’est pas à négliger.

• On peut employer des mots-clés et des phrases qui reviennent périodiquement dans la bouche d’un même personnage. Cela donne des repères dans le récit.

• Éléments qui plaisent : ce qui roule, ce qui vole, la route, le train ; les gros animaux qui font peur : crocodiles, hippopotames, lions, etc. ; les petits animaux gentils, les héros légendaires.

• Les enfants aiment que dans les histoires un enfant, ou au moins un faible, soit vainqueur (David et Goliath sont transposables à l’infini), ou encore qu’un enfant sauve la situation. Le danger couru par un innocent, les difficultés surmontées par le courageux sont des éléments éternels de toute histoire.

L’enfant aime aussi inventer lui-même des histoires. Les personnages sont tout trouvés. Il y a les peluches, la poupée. L’enfant les habille, les lave, les nourrit, les couche, leur raconte… des histoires, les punit. Il ne parle d’ailleurs pas qu’à son ours ou à son lapin, il s’adresse aussi bien aux objets qui l’entourent. Il se heurte à la table : « Méchante table ! M’as fait mal ! Vais te punir ! » Car, pour l’enfant, tous les objets vivent, les cailloux comme les arbres ou les nuages.

 

Source: psychologies.com

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply