5 pistes pour oser être soi

5 pistes pour oser être soi
© iStock

Cesser de jouer un rôle, c’est gagner en liberté et en confiance en soi. Sarah Sérievic, psychothérapeute et auteure de Rompre avec nos rôles, nous aide à nous libérer de la prison des rôles pour revenir vers notre moi authentique.

« Enfant, ce sont nos parents et éducateurs qui nous laissent à la porte de nos élans ; plus tard, c’est nous qui continuons de nous exclure. Il n’y a que vous maintenant pour vous empêcher d’exprimer qui vous êtes », écrit Sarah Sérievic*, psychothérapeute et auteure de Rompre avec nos rôles. Pour elle, il ne fait aucun doute qu’« en nous identifiant à nos rôles, nous négligeons d’être qui nous sommes ». Le chemin vers soi demande du courage, celui de sortir de sa zone de confort autant que celui d’oser surprendre ou de déstabiliser son entourage. Mais c’est à cette double condition que nous pouvons écrire notre propre scénario et « risquer l’élan qui nous met au monde ». Car pour Sarah Sérievic, « la première naissance fait de nous un être physique, mais c’est à nous de nous mettre au monde pour la deuxième fois ».

Évidemment, il n’existe aucune recette magique pour passer du jeu de rôle à l’authenticité, mais on peut s’entraîner, comme un sportif, avec régularité et concentration. Sarah Sérievic propose 5 pistes pour lever le blocage et favoriser le déclic libérateur.

 

1. Surmontez une épreuve

En pensée d’abord car lorsque nous devons affronter une situation stressante, nous le faisons avec nos outils et nos comportements habituels. Notre jeu de rôle familier en somme. Or nous possédons un gisement de ressources intérieures inexploitées. C’est le moment de nous en servir.

Imaginez une situation qui vous semble insurmontable. Puis visualisez la scène telle que vous aimeriez qu’elle se déroule. Votre posture, vos mots, les réactions de votre interlocuteur… jusqu’à aboutir à une résolution positive pour vous. Vous gagnez déjà en confiance car, pour le cerveau, il n’existe aucune différence entre le symbolique ou le réel.

 

2. Puisez dans vos ressources

Nos ressources intérieures se manifestent dans les expériences de réussite et les comportements qui ont mené au succès. Elles s’expriment aussi dans les talents que nous avons peut-être laissés au bord du chemin en grandissant, dans la petite voix intérieure qui n’est pas dupe et que nous ne voulons pas toujours écouter. Vous pouvez aussi trouver ou retrouver ces ressources dans les souvenirs de relations de soutien (un grand-parent qui vous a encouragé enfant, un professeur qui a cru en vous…) mais vous pouvez aussi trouver de la force via des symboles porteurs de guérison, des supports de vie (un arbre, un animal, un objet important, un symbole religieux). Prenez un peu de temps pour faire l’inventaire de tous ces éléments. Ils n’appartiennent qu’à vous ; plus vous les prendrez en compte et en considération, plus vous gagnerez en confiance en soi et en authenticité.

3. Prenez du recul

Pensez à tout ce qui ne vous satisfait pas dans la façon de vivre votre vie. Vos choix, vos réactions, vos projets. Pour sortir du conditionnement, imaginez que vous êtes votre meilleur ami : avisé, lucide et franc. Que vous conseillerait-il de dire, de faire, de changer ? Notez les réponses. C’est la voix de votre moi authentique. Celui qui sait ce qui est bon pour lui. Ce qui a été vécu appartient au passé ; avec vos yeux d’aujourd’hui, avec cette nouvelle vision, vous pouvez choisir une autre voie, une autre façon de vous comporter. Essayez de mettre progressivement en œuvre le changement positif que vous désirez pour vous.

4. Respirez

Respirer amplement, en conscience, est une façon de nourrir l’expression créatrice ; elle permet d’accéder aux vrais besoins et d’accueillir nos émotions. Notre corps doit être entièrement relâché pour que notre cerveau traite équitablement ses informations. Plus on est « clair », conscient de soi, moins on est susceptible de jouer un rôle. Ponctuer votre journée de séquences respiration permet de garder le contact avec vous-même tout en apaisant stress et anxiété.

5. Jouez la scène

Choisissez une situation que vous subissez et que vous aimeriez modifier. Projetez-vous dans la situation telle qu’elle vous conviendrait (vous avez déménagé, changé de métier, quitté votre conjoint…). Exprimez à haute voix tout ce que vous aviez sur le cœur, tout ce qui vous dérangeait dans la situation « d’avant » et tout ce qui vous convient dans la situation actuelle. L’émotion vécue en direct va vous donner accès à vos sensations corporelles. Le fait de sentir la vie circuler active la sensation de sécurité parce que l’on est en contact avec son pouvoir d’action sur soi. Le succès vient de ce que l’on retrouve son entièreté (corps, émotion, pensée). C’est dans cette verticalité que l’on récupère sa force de vie.

 

Flavia Mazelin Salvi

Source : psychologies.com

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply