Les affiliés à la CASNOS qui ont sous cotisés « subiront des redressements »

Les affiliés à la CASNOS qui ont sous cotisés « subiront des redressements »

Les affiliés à la Caisse nationale de la sécurité sociale des non-salariés (CASNOS) qui ont sous cotisés « subiront des redressements », a indiqué mercredi à Tizi-Ouzou le Directeur général de la caisse, Chawki Acheuk-Youcef.

« Les non-salariés qui ont cotisé au seuil minimum de 32 400 DA alors qu’ils devaient payer plus en raison de la nature de leur activité et du montant de leurs revenus vont subir un redressement pour payer ce qu’il faut », a déclaré M. Acheuk-Youcef dans une conférence de presse animée au siège de la CASNOS, sis à la nouvelle ville.

Le même responsable a fait savoir qu’à cet effet une commission mixte, composée de représentants de la CASNOS, de la CNAS, des Impôts et du FISC, est chargée de vérifier les situations et de revoir les cotisations des non-salariés. Des redressements seront effectués.

« Qu’un non salarié au faible revenu paye le seuil minimum c’est normal, mais que celui qui a pignon sur rue et qui exerce une activité rentable lui permettant de générer des revenus importants payent le seuil minimum c’est inadmissible », a-t-il ajouté.

Sur un autre volet et en réponse à la question d’un journaliste sur le montant de cotisations appliquées localement, le DG  de la CASNOS a tenu à préciser que la wilaya de Tizi-Ouzou « ne paye pas plus que les autres wilayas ». « Il s’agit d’une fausse information et d’une rumeur destinées à tromper les gens », a-t-il précisé à ce propos.

La prise en charge des retraités non-salariés ne pose aucun problème

Se référant à des études actuelles, effectuées par la CASNOS, avec une projection à l’horizon 2030, M. Acheuk-Youcef a relevé que la prise en charge de la retraite des non-salariés « ne pose aucun problème ».

Il a expliqué qu’actuellement cette Caisse est à quatre cotisants pour un retraité « ce qui place cet organisme assureur dans les normes internationales ». Quant à l’âge de départ à la retraite qui est de 65 ans, il a relevé que sur ce point également la CASNOS se met aux normes internationales qui le situe entre 65 et 70 ans.

Cotiser plus permettra au non salarié de bénéficier d’une bonne retraite a-t-il rappelé. « Celui qui cotise le minimum sortira avec une retraite minimale s’il cotise un seuil plus élevé voir le maximum qui est de 64 000 DA il part en retraite avec pratiquement 200 000 DA/mois, c’est donc au non salarié de décider de sa retraite », a-t-il insisté.

Quant à la santé financière de la CASNOS, le même responsable a indiqué que depuis le début de l’année en cours les dépenses de la CASNOS ont connu une hausse de 8%, alors que les recettes ont augmenté de 70%. « Ce qui place cette caisse dans une situation financière confortable, voire florissante », a-t-il soutenu.

La wilaya de Tizi-Ouzou compte un total de 90 000 affiliés à la CASNOS, dont 78% ont payé leur situation, alors que le nombre des nouveaux affiliés depuis janvier est de 6 500. En 2015 90% des non-salariés cotisaient au seuil minimum, ce chiffre a considérablement baissé en 2016 puisqu’ actuellement 13% seulement payent le seuil minimum.

A l’échelle nationale ce taux était de 83% en 2015 pour descendre à 20% actuellement, a indiqué le DG de la CASNOS qui a observé que dans certaines wilayas, 2% seulement des non-salariés cotisent au seuil minimum.

aps

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply