Accord historique de l’Opep, l’Algérie gagne son pari

Accord historique de l’Opep, l’Algérie gagne son pari
Photo APS

ALGER-  Après plusieurs heures de négociations laborieuses à Alger, les membres de l’Opep sont parvenus mercredi soir à s’accorder sur une réduction de leur production de brut, une décision historique depuis sa réunion extraordinaire de 2008 abritée également par l’Algérie.

Prenant à contre-pied les pronostics hâtifs d’experts et de médias internationaux sur un échec de la réunion, l’Opep, à travers sa décision de réduire sa production à un niveau oscillant entre 32,5 mbj et 33 mbj, reprend les rênes pour continuer à défendre les intérêts de ses membres à travers un prix de brut rentable et raisonnable.

Patiemment et habilement orchestrés avant et durant cette réunion, les efforts de l’Algérie pour aplanir les divergences au sein de l’Opep ont été unanimement salués par les pays membres.

« Je tiens à remercier le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui nous a accordé cette opportunité (…) pour parvenir à ces résultats historiques », a soutenu le président de cette organisation pétrolière, Mohamed Bin Saleh al-Sadda (Qatar) lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre de l’Energie, Noureddine Boutarfa, et le secrétaire général de l’Opep, Mohamed Sanusi Barkindo, à l’issue d’une réunion qui a duré plus de six (6) heures.

« Grâce à une excellente concertation et compréhension entre les membres de l’Opep, nous sommes parvenus (…) à cibler une réduction à un niveau allant entre 32,5 millions de barils par jour (mbj) et 33 mbj et nous nous sommes mis d’accord de mettre en place un comité technique pour étudier les mécanismes de partage des quotas » entre les membres de l’Organisation, a précisé le ministre qatari du Pétrole.

La date de mise en oeuvre de cet accord sera fixée lors de la prochaine réunion ordinaire de l’Opep prévue le 30 novembre à Vienne.

Les pays membres de l’Opep ont aussi accepté que les cas de l’Iran, du Nigeria et de la Libye soient traités « de façon spéciale », a-t-il ajouté.

« Nous avons également demandé aux principaux pays de l’Opep de coordonner leurs efforts afin d’accélérer ce processus d’équilibrage (du marché) avec la participation d’autres pays producteurs en dehors de l’Organisation et qui ont montré leur volonté de coopérer pour stabiliser le marché », a encore expliqué M. al-Sadda.

Concernant la date d’entrée en vigueur de cet accord, une flexibilité a été accordée au comité technique.

De son côté, M. Boutarfa a mis en exergue le caractère « historique » de cette réunion de l’Opep qui vient de se réapproprier sa fonction de « monitoring » du marché pétrolier qu’elle avait perdue depuis plusieurs années.

« Il faut savoir que cette réunion, qui était au départ une réunion de concertation, s’est transformée en une réunion extraordinaire à laquelle des décisions sont prises. Aujourd’hui, l’Opep vient de prendre une décision historique », a déclaré le ministre.

« Cette décision, prise à l’unanimité, a pu être obtenue grâce au consensus entre l’ensemble des membres de l’Opep, alors qu’un grand travail de rapprochement a été fait », a souligné M. Boutarfa.

Par ailleurs, dans la déclaration finale de la réunion, l’Opep a salué « les efforts déployés par l’Algérie pour abriter cette réunion extraordinaire ainsi que le travail de préparation accompli par son ministre de l’Energie ».

Ce document a aussi souligné les défis auxquels le marché pétrolier mondial a confrontés durant les deux dernières années aussi bien en matière d’approvisionnement que celle des prix.

« Le déclin dramatique des revenus des pays exportateurs (…) a mis en danger leur croissance économique », a également noté la déclaration finale de la réunion d’Alger.

Sur la base de ces observations et analyses, les membres de l’Opep ont Aussi décidé de mener un dialogue sérieux et constructif avec les pays producteurs non-Opep en vue d’éviter des résultats négatifs à court et moyen termes, a conclu la déclaration.

La réunion informelle de l’Opep d’Alger, qui a abouti à la tenue d’une réunion extraordinaire laquelle a entériné la décision de la réduction de la production, est l’aboutissement d’un long processus de concertation initié par l’Algérie depuis même début 2015.

Prônant constamment une approche de coopération privilégiant la concertation et le dialogue entre l’ensemble des pays exportateurs, qu’ils soient membres ou non de l’Opep, l’Algérie a multiplié les démarches dans l’objectif de faire converger les positions.

Dans le cadre de ces efforts, M. Boutarfa s’était rendu notamment au Qatar, en Iran et à Moscou et s’était entretenu avec ses homologues saoudien, russe, iranien et qatari ainsi que le Secrétaire général de l’Opep, sur la situation du marché pétrolier.

A la veille de cette réunion, M. Boutarfa avait alors prédit qu' »il n’y aura pas d’échec » de la réunion d’Alger. Pari tenu.

 

 

APS

S.K
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply