Urgent : fait rare, les algériens réagissent en force suite à l’affaire KBC (Vidéo)

Urgent : fait rare, les algériens réagissent en force suite à l’affaire KBC (Vidéo)

La réputation d’Hommes libres qui fait la renommée des algériens à travers le monde est amplement méritée. Pour preuve, une réaction inattendue de la population met le gouvernement d’Abdelmalek Sellal dans une situation délicate, suite à l’arrestation des trois accusés dans l’affaire de la chaîne de TV KBC.

Le directeur de KBC et gérant de Ness Prod, Mehdi Benaïssa, le directeur de production de la chaîne et une directrice du ministère de la Culture sont sous mandat de dépôt et font face à des accusations au criminel pour de fausses déclarations à l’endroit des dirigeants de la chaîne, et abus de fonction pour la responsable du ministère de l’éducation.

Selon les informations fournies par leurs avocats lors d’une conférence de presse, organisée ce matin au siège d’EL Khabar, les enquêteurs en charge de l’affaire leur reprochent d’avoir fourni un registre de commerce qui ne porte pas le code de l’activité pour laquelle ils ont sollicité une autorisation de tournage et d’être ainsi complices de la directrice du ministère de la Culture.

Les algériens connus pour leur solidarité à toute épreuve lorsqu’il s’agit de défendre la liberté d’expression ont réagit rapidement à cette nouvelle atteinte au droit le plus élémentaire qui régit la vie dans toute société moderne comme la nôtre.

Notre envoyé spécial à la Grande Poste où a été organisée une manifestation en faveur des détenus a recueilli le témoignage de plusieurs manifestants qui promettent d’employer les grands moyens pour les faire libérer.

Karim, un jeune étudiant déclarait avec une colère manifeste : « je vous jure que si ils ne sont pas chez eux avant el athan pour manger avec leur famille, je vais enlever mon Like de la page Facebook de Sellal, voilà ! »

Salim quant à lui nous a abordé avec les mains tremblantes et les yeux pleins de larmes. Il était visiblement choqué du sort réservé à nos compatriotes et il a déclaré au micro de notre journaliste :  » Wellah, wellah qu’on ne va pas se laisser faire cette fois-ci, y’en a marre ! », avant de rajouter : »Soit ils les libérent, soit je vais liker la page de Ghani Mahdi, celle du roi du Maroc, et je vais partager la chanson de Double canon qu’il a fait contre Sellal sur mon mur. Je vais même taguer tous mes amis ! »

Les Zommes !

Boualem est sans doute le plus engagé de tous ceux qu’on a pu rencontrer sur les lieux. Il se dit prêt à « créer plusieurs comptes Facebook pour faire des commentaires négatifs sur toutes les pages officielles des ministres algériens et il va même changer sa photo de profil pour montrer son mécontentement! »

Autant que journaliste, il faut avouer que cela me fait chaud au coeur de savoir que les algériens sont prêts à défendre les porteurs de la libre expression en Algérie, au risque de se voir suspendre leur compte Facebook.

Je demande officiellement pardon à tous les proches et toutes les familles des militants qui sacrifient leur liberté pour arracher celle des autres.

« Ana monadhil nebqa toujours monadhil » l’inspecteur Tahar

Voici une vidéo qui m’est revenue à l’esprit suite à la manifestation de ces braves gens :

 

Vous venez de lire un article satirique de notre chroniqueuse Mitchou. Tout le contenu (ou presque) est le fruit de son imagination.
J’aime la page pour suivre tous les articles publiés par cette chroniqueuse. Je clique ICI

1 comment
Mitchou
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • djouaher
    18 juillet 2016, 12 h 28 min

    un peu matchjsre,et sexiste,ou sont les grandes femmes algeriennes,celles qui se battaient pour leurs droits?aujourd hui ,un peu dans l ombre des hommes,reveillez vous les femmes?c est fini,il n y a plus de FIS!

    REPLY