Cyberattaque : 200.000 victimes dans 150 pays, de nouvelles attaques à craindre

Cyberattaque : 200.000 victimes dans 150 pays, de nouvelles attaques à craindre
AFP / Andrew CABALLERO-REYNOLDS Enquêteurs et experts informatiques internationaux traquaient dimanche les pirates informatiques à l'origine de la cyberattaque mondiale "sans précédent", qui pourraient frapper à nouveau dans les jours à venir.

Depuis près de quarante-huit heures, enquêteurs et experts informatiques internationaux traquent les hackers à l’origine de cette attaque jamais vue. Le chiffre est finalement tombé, europol estime à 200.000 le nombre de victimes de l’attaque informatique qui a touché vendredi passé près de 150 pays. La cyberattaque a notamment affecté les hôpitaux britanniques, le constructeur automobile français Renault, le système bancaire russe, le groupe américain FedEx ou encore des universités en Grèce et en Italie.

Ce lundi matin, des millions d’ordinateurs vont être rallumés à travers le monde. Et la liste des victimes de la cyberattaque en cours pourrait s’allonger avec la réouverture des bureaux, des usines et des places boursières. L’inquiétude subsiste, alors qu’on ignore encore qui en est l’auteur et quel est son objectif. Quelque 200.000 ordinateurs situés dans au moins 150 pays ( dont l’Algérie) ont déjà touchés par un logiciel de rançon,le logiciel malveillant verrouille les fichiers des utilisateurs et les force à payer une somme d’argent sous forme de monnaie virtuelle bitcoin, difficile à tracer, pour en recouvrer l’usage: on l’appelle le « rançongiciel ».  ce dernier exploite une faille dans les systèmes Windows, depuis vendredi. Sa propagation est  d’une rapidité inédite, a finalement pu être contrôlée. Mais les concepteurs du programme pourraient le retoucher pour lancer une nouvelle vague d’attaque.

Les enquêteurs et experts informatiques internationaux ignoraient toujours dimanche l’identité des pirates informatiques et continuaient de les traquer, alors que la menace d’une nouvelle attaque informatique plane toujours sur les systèmes informatiques de milliers d’entreprises et d’institutions. Rob Wainwright, directeur d’Europol, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’une nouvelle attaque pourrait survenir dans la matinée de lundi.

 

Yasmine Amziane
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply