Boko Haram libère ses victimes

Boko Haram libère ses victimes

Vingt-et-une des quelques deux cents lycéennes enlevées il y a deux ans par les combattants de Boko Haram à Chibok, dans le nord du Nigeria, ont été libérées jeudi 13 octobre, selon la presse nigériane. Un échange contre quatre prisonniers de Boko Haram aurait été négocié.

Boko Haram est un groupe de djihadistes qui a commencé à se faire connaître dans les années 2000. Ces extrémistes s’engagent dans une guerre, en refusant l’occidentalisme hérité de la colonisation. Ils le considèrent comme étant de la perversion.  Boko Haram s’en prend principalement aux écoles et autres établissements éducatifs, il demande alors à ses fidèles de renoncer à la fréquentation des établissements éducatifs privés et publics, et qualifie leur modèle d’éducation (inspiré du système britannique) de pervers.

Le groupe cible tout particulièrement les lycées et les écoles où l’on enseignerait une culture et une mentalité jugée trop occidentale par ces djihadistes.

Le 14 avril 2014, environ 200 soldats de Boko Haram se rendent à chibok (située à Borno au Nigeria), ils incendient l’établissement de Chibok et enlèvent les lycéennes en les embarquant dans des camions. Au total, 276 adolescentes âgées entre 12 et 17 ans sont capturées. A la fin du mois d’avril la police nigériane déclare dans un communiqué que, 276 élèves ont été enlevées et que 53 d’entre elles sont arrivées à s’échapper pendant les heures qui ont suivi l’enlèvement.

Le 13 octobre 2016, soit deux ans après, 21 élèves ont été libérés par leurs ravisseurs après de longues négociations entre le gouvernement nigérian et Boko Haram. Les autorités restent très positives et espèrent que cette étape aidera à libérer les 179 retenues encore en otage.

Une source locale déclare que ces jeunes filles auraient été échangées contre quatre prisonniers de Boko Haram dans la région de Banki. Selon cette même source, les otages de Boko Haram ont été conduites en pleine nuit à Kumshe, à 15 km de Banki. De l’autre côté, les quatre prisonniers de Boko Haram arrivent, escortés par l’armée nigériane. Une fois l’échange fait, les 21 filles ont été emmenées en hélicoptère à la capitale du Borno.

Rappelez-vous, ce kidnapping avait fait la Une de la presse internationale et provoqué multiples réactions, jusqu’à la Maison Blanche, où Michelle Obama avait brandi une pancarte marqué dessus : #bringbackourgirls (ramenez-nous nos filles).

Bring-Back-Our-Girls-Michelle-Obama

Bring-Back-Our-Girls-Michelle-Obama

Yasmine Amziane
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply