Tous les moyens sont mobilisés pour réussir l’inscription des nouveaux bacheliers

Tous les moyens sont mobilisés pour réussir l’inscription des nouveaux bacheliers

Tous les moyens ont été mobilisés pour réussir le processus de l’opération d’inscription à l’université des nouveaux bacheliers, a assuré mardi à Alger, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar.

Intervenant à l’occasion d’une conférence de presse au siège de son département à l’occasion du début de l’opération de préinscription des nouveaux bacheliers, M. Hadjar a indiqué que « toutes les mesures ont été prises et tous les moyens dégagés » pour mener à bien l’opération d’inscription globale qui s’étalera du 19 juillet au 9 août 2016.

A cet effet, il a annoncé que contrairement aux années précédentes, il ne sera exigé aucun document d’état civil aux nouveaux bacheliers, à l’exception de la photocopie du relevé de notes.

M. Hadjar a expliqué qu’à la faveur de la carte nationale d’identité biométrique délivrée cette année aux bacheliers, tous les renseignements des nouveaux lauréats sont disponibles au niveau du fichier national du ministère de l’Intérieur et des collectivités locales.

Le recours aux nouvelles technologies de l’information et de la communication a permis au ministère de l’Enseignement supérieur de « gagner du temps » dans l’opération d’inscription des nouveaux bacheliers, a précisé M. Hadjar.

Il a ajouté dans le même sens qu’en remettant un CD aux nouveaux bacheliers, au lieu de supports papiers explicitant l’opération d’inscription, a permis aussi au ministère d’économiser quelque 70 millions DA (7 milliards de centimes).

Un nouveau logiciel pour suivre le cursus de l’étudiant

Le ministre a annoncé en outre que son département a mis en place à partir de la nouvelle année universitaire, un nouveau logiciel appelé « Progress » pour gérer et suivre le cursus de chaque étudiant, mais aussi des enseignants.

« Ce logiciel, utilisé en Europe, permet de suivre de manière permanente et détaillée le cursus de l’étudiant, depuis l’obtention de son baccalauréat jusqu’à la fin de son cursus aussi long soit-il, c’est-à-dire même si l’étudiant poursuivra ses études jusqu’au doctorat », a expliqué le ministre.

Ce logiciel est également utilisé dans la gestion de l’université avec ses différents instituts, écoles et services, l’objectif étant de mettre en place une gestion « plus transparente et plus rigoureuse ».

Dans le même sens, M. Hadjar a estimé que les œuvres universitaires seront revues, rappelant que ce volet sera abordé à l’occasion de la conférence nationale prévue à cet effet le mois de septembre prochain.

Pour Hadjar, l’Etat algérien dégage des aides et des subventions colossales pour l’université, mais les étudiants, le ministère ainsi que les employés ne sont pas satisfaits des oeuvres universitaires, d’où « la nécessité de revoir le fonctionnement des œuvres universitaires et de les améliorer ».

Master à distance à partir du mois de septembre prochain

Par ailleurs, M. Hadjar a annoncé qu’un master à distance pour les bacheliers et les licenciés sera lancé à partir du mois de septembre prochain, expliquant que cette option arrangera les étudiants qui ne sont pas en mesure de se déplacer pour diverses raisons.

Dans ce sillage, le ministre a indiqué que les enseignants et professeurs à l’université seront obligés de dispenser leurs cours on-line, affirmant que toutes les universités doivent se doter d’équipements de nouvelles technologies.

M. Hadjar a en outre relevé que la mise en place du Système national de documentation on-line (SNDL) est un dispositif à même d’encourager les étudiants de se documenter à distance.

Le SNDL dispose de plusieurs banques de données mise à la disposition des étudiants, lesquels auront la possibilité de consulter quelque 6.000 ouvrages et revues et 5.000 bibliothèques en ligne.

aps

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply