Convention de formation entre le ministère des Finances et l’Institut d’Economie Douanière et Fiscale

Convention de formation entre le ministère des Finances et l’Institut d’Economie Douanière et Fiscale
Photo APS

ALGER – Une convention de formation a été signée  dimanche à Alger entre le ministère des Finances et l’Institut d’Economie  Douanière et Fiscale (IEDF), en présence du ministre délégué auprès du Ministre des Finances chargé de l’Economie Numérique et de la Modernisation  des Systèmes Financiers, M. Mouatassam Boudiaf.

La convention porte sur un large programme de formation destiné au  management des projets de modernisation des systèmes financiers.

En effet, le ministère des Finances s’est engagé résolument dans la voie  de la modernisation non seulement de son administration dans toutes ses  composantes, mais aussi du secteur bancaire, celui des assurances et du  marché financier, a expliqué M. Boudiaf lors de la cérémonie de signature.

La modernisation a touché toutes les activités du secteur des finances,  qui est « une démarche d’ensemble, qui se veut cohérente et intégrée, créant  ainsi les synergies nécessaires pour porter l’économie algérienne vers le  développement et la croissance durable », a-t-il poursuivi.

Selon lui, cette modernisation s’appuie nécessairement sur la dimension  technologique « qui va propulser cette démarche dans le monde de l’économie  numérique ».

Ce facteur technologique, a-t-il affirmé, est adossé à la mise en place de  « systèmes d’information fiables, performants et suffisamment intégrés pour  produire de l’information pour les besoins de gestion des activités, d’une  part, et les besoins d’études, de prévision et de prospective, d’autre  part ».

Avec cette modernisation qui repose aussi, et surtout, sur la qualité du  capital humain pour la faire avancer, une multitude d’actions sont  développées pour l’accompagner, a expliqué le ministre.

Aujourd’hui, il est ainsi mis au bénéfice de l’administration des Finances  et du secteur financier, une offre globale de formation, portée par un  établissement du secteur qui est l’IEDF, a-t-il précisé.

A ce propos, il a fait savoir qu’un « riche programme » de formation était  orienté vers une priorité absolue dans la conduite de cette démarche, qui  est le management des projets de modernisation des systèmes financiers.

Le secteur des finances « doit disposer de suffisamment de ressources dans  ce domaine, pour que les différents projets développés puissent connaitre  un management de qualité alliant professionnalisme, efficacité et  efficience », a avancé M. Boudiaf.

Le programme de formation « est développé sur plusieurs blocs de  compétences de manière à répondre aux besoins de l’ensemble des acteurs du  secteur », tendant au final à préparer les chefs de projets à une  certification selon les normes internationales, dans ce domaine d’activité  stratégique, a-t-il soutenu.

La nouvelle formation programmée suit celle déjà engagée en mars dernier  avec l’Institut Supérieur de Gestion et de Planification (ISGP) pour la  préparation d’un Master professionnel en économie numérique, a-t-il  rappelé.

Lors du point de presse organisé à cet effet, la question récurrente posée  à M. Boudiaf a porté sur le volume de transactions électroniques généré par  les nouveaux instruments de paiement électronique lancés récemment, en  l’occurrence l’e-paiement et le télépaiement adossé à la télédéclaration  fiscale.

Sur ce point, il a déclaré que l’évolution était « significative » et qu’à  partir de l’année 2022, le volume atteindrait au moins le milliard de  transactions.

 

APS

S.K
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply