On a compris comment la larve devient insecte

On a compris comment la larve devient insecte
© Yuya Ohhara

De la chenille au papillon, de l’asticot à la mouche : les insectes aussi ont leur puberté. Et comme chez les mammifères, elle est déclenchée par la libération massive d’hormones stéroïdes qui entraînent – entre autres – la maturation des organes reproducteurs. Mais comment cette libération hormonale s’orchestre-t-elle ? Pour la première fois, des biologistes ont décrypté, à l’échelle moléculaire, ce phénomène irréversible.

Tout commence dans le cerveau, par une concentration anormalement élevée d’ADN… Naoki Yamanaka (Université de Californie) et son équipe ont suivi, par fluorescence, l’activité des glandes prothoraciques de drosophiles (en vert sur la photo) connues pour produire de l’ecdysone, un précurseur de l’hormone de mue. Dès lors que l’insecte atteint un poids critique, les cellules nichées au cœur de ces glandes se préparent comme pour une division cellulaire : les chromosomes se dupliquent, se condensent… mais la cellule ne se divise pas.

Une minuterie interne au développement des insectes

L’enchaînement de 3 à 4 cycles identiques (sans division) conduit à l’accumulation de matériel génétique dans les noyaux, qui finissent par gonfler (voir taches blanches sur la photo) : c’est le signal de la libération d’hormones de mue, véritable point de départ de la métamorphose vers le stade adulte. « L’abondance d’ADN dans les glandes prothoraciques sert en quelque sorte de minuterie interne au développement des insectes, explique le biologiste. Un peu comme si les larves sentaient qu’il était temps de grandir ».

 

Emilie Haentjens

Source: science&vie.com

Samia Fali
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply