Le développement personnel, c’est quoi vraiment ?

Le développement personnel, c’est quoi vraiment ?

Il est un fait que devant la pléthore des méthodes de développement personnel proposées aujourd’hui au public,  il n’est pas très facile au profane de s’y retrouver.

Que peut-on attendre vraiment d’une méthode de développement personnel ? Que propose t-elle exactement ?

Quelles sont ses applications réelles ? Quelle différence avec les techniques de méditation, la psychothérapie et autres ?

Mieux comprendre et connaitre le développement personnel

Derrière ce mot, nous retrouvons souvent tout un ensemble de propositions diverses qui vont du management en entreprise au coaching, en passant par la sophrologie et parfois même par des techniques de danse ou de la thérapie.

Il m’est bien sûr difficile de parler de la méthode des autres. Je ne pourrais parler dans cet article que du développement personnel tel que je le connais, tel que j’ai pu le pratiquer et tel que je l’enseigne depuis toutes ces années.

Comment je suis arrivé au développement personnel ?

Personnellement, je ne pensais pas qu’un jour j’enseignerai le développement personnel. Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à ces méthodes, c’était d’abord pour répondre à mes propres questions, pour trouver des solutions à mes difficultés. C’est ma propre quête qui m’a conduit à me plonger dans de nombreux ouvrages sur le sujet, à entreprendre des thérapies, suivre des formations et même à étudier la psychologie.

Très jeune, j’étais pris d’une soif de savoir, de comprendre. Le monde, sous certains aspects, me paraissait absurde ; j’avais aussi mes propres maux qui me gâchaient l’existence. Je venais d’un milieu pauvre et démuni à bien des points de vue, et je devais combler ces carences. Mais surtout, je voulais mener une existence heureuse et épanouissante. J’ai rapidement compris que ce bonheur ne viendrait pas des conditions extérieures mais de mon propre état d’être.

J’ai « avalé » des centaines de livres sur le développement personnel, l’accomplissement de soi, la spiritualité, la méditation, la loi de l’attraction. Si, sur le moment, certaines de ces démarches me parlaient, avec le temps et l’expérience, j’ai appris à faire la part des choses et j’ai pu me rendre compte que beaucoup d’entre elles manquaient de réalisme.

il faut bien l’avouer, c’est un domaine où règne la fantaisie intellectuelle ou affective. Certaines souffrent, comme le nommait l’un des guides que j’ai rencontré, de  » romantisme spirituel « .

Une démarche de développement personnel doit, avant tout, nous aider à voir les choses telles qu’elles sont vraiment de manière à pouvoir les faire évoluer dans le sens d’un plus grand bonheur. C’est une question sur laquelle je reviendrai plus loin.

De la psychothérapie au développement personnel

J’avais moins de 14 ans lorsque j’ai lu mon premier ouvrage de développement personnel. L’un de ceux qui m’a le plus touché était un ouvrage écrit par un bouddhiste thaïlandais qui parlait de la méditation et du non-attachement. J’ai lu ce livre une bonne trentaine de fois avec le même émerveillement !

J’ai connu dès cet âge des transformations importantes. Ma vision du monde s’élargissait pendant que je parvenais plus facilement, grâce à la pratique, à abandonner des modes de fonctionnement invalidants. J’étais déjà fasciné par la capacité que nous avons tous de changer intérieurement. Notre esprit, lorsqu’on l’entraîne, est incroyablement malléable. Ca rend déjà en soi la vie bien plus passionnante ! Pendant que d’autres couraient après des réalisations matérielles, je m’enrichissais d’une source inépuisable de bonheur et d’épanouissement.

C’est peut être par là que l’être humain devrait commencer avant de se lancer à corps perdu dans l’acquisition de biens ou même d’expériences diverses ; cela donne une base solide pour construire et édifier le reste.

Avant de traverser la tempête, l’arbre doit s’enraciner profondément dans le sol ; ce n’est pas lorsque la tempête arrive qu’il peut le faire. Peu de gens se préparent vraiment à leur vie future et ils se sentent complètement déstabilisés lorsque les coups durs arrivent. Si chacun prenait le temps de comprendre qui il est, comment fonctionne son propre esprit, il serait bien plus armé pour faire face aux conditions adverses ; mais surtout, il posséderait les clefs de son propre accomplissement et forcément de son bonheur.

Plus tard, après une tentative à  la  fac de psycho où la formation me paraissait trop sectaire, je me suis inscrit dans un institut qui enseignait selon le mode universitaire américain. J’ai eu le bonheur d’étudier de nombreux auteur comme William James, Carl Rogers, Frizt Perle, etc.. J’ai fait plusieurs sessions de psychothérapie, j’ai étudié aussi l’analyse transactionnelle, la gestalt-thérapie, l’hypnose. Plus tard, j’ai suivi une formation en sophrologie et même en médecine chinoise.

Tout cela était passionnant et intéressant mais je restais sur ma faim. On ne parlait que timidement de spiritualité et de méditation. En tout cas, pas de la façon dont j’ai eu le bonheur de le découvrir avec les nombreux sages de diverses traditions que j’ai eu la chance de rencontrer les années qui ont suivi.

C’est à cette période que j’ai fait la rencontre de nombreux maîtres spirituels authentiques. Leur accomplissement n’avait d’égal que leur amour de l’humanité. Leur attitude et leur mode de vie étaient en parfaite adéquation avec leur état d’être. Rien que leur présence bienheureuse suffisait à me transformer.

Il n’y a pas de mots pour dire ce que l’on ressent à leur contact. Pour faire une comparaison maladroite, je dirais que si dans la psychothérapie la seule chose qui importe c’est de se mettre le nez dans la boue pour réaliser à quel point on y est – et c’est une bonne chose en soi – avec ces êtres, je me sentais tiré vers le haut, comme si on m’avait pris en hélicoptère pour me montrer que je ne voyais le monde que de façon limitée. Je pouvais alors comprendre que ma crainte de mourir de soif n’avait pas de fondement : une rivière que je ne voyais pas quand j’étais au sol se trouvait juste à côté !

Pour moi, c’est cela le développement personnel, ou l’accomplissement de soi si vous préférez. C’est s’élever vers le haut pour mieux agir en bas. C’est s’élever pour perdre ses raisons d’avoir peur ou de douter. C’est prendre conscience de notre réelle dimension d’être humain.

Source: ressources-actualisation.fr

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply