Antibiotiques : un test sanguin pour éviter les erreurs de prescriptions

Antibiotiques : un test sanguin pour éviter les erreurs de prescriptions
Prise de sang © JOHAN ORDONEZ / AFP

Un test sanguin expérimental pourrait dans quelques années permettre aux médecins de déterminer si une infection est d’origine virale ou bactérienne, évitant ainsi de prescrire inutilement des antibiotiques inefficaces contre des virus, selon une étude publiée dans la revue Science Translational Medicine.

Un tel outil diagnostic pourrait être très utile pour réduire l’usage inapproprié des antibiotiques qui contribue largement au développement de la résistance microbienne, considérée comme une grave menace sanitaire. « Très souvent on ne peut pas vraiment déterminer de quel type d’infection souffre une personne » vu que les symptômes sont similaires, explique Timothy Sweeney, un chercheur en ingénierie à l’Institut d’immunité et des greffes de l’Université de Stanford, l’un des principaux auteurs de ces travaux.

Aux Etats-Unis, 50 millions d’ordonnances chaque année pour rien

Ce nouveau test identifie sept gènes dont l’expression se modifie pendant une infection. Les caractéristiques de ce changement peuvent indiquer si une infection est provoquée par une bactérie ou un virus. L’idée de ce test est inspirée des résultats d’une étude publiée en 2015 qui ont montré « une réaction identique du système immunitaire à de multiple virus mais qui diffère quand il s’agit d’une infection bactérienne », explique Purvesh Khatri, professeur adjoint de médecine à Stanford, le principal auteur de l’étude. Ce test sanguin a été efficace pour déterminer la nature de l’infection de 96 enfants gravement malades, précisent ces chercheurs. Mais il faut maintenant faire des essais cliniques plus étendus pour valider ces résultats. Autre obstacle avant que ce test puisse être commercialisé, il doit être incorporé dans un appareil capable de donner le résultat en une heure ou moins. Actuellement il faut entre quatre et six heures.

Chez les patients souffrant, par exemple, d’une septicémie, le risque de décéder augmente de 6 à 8% à chaque heure passée sans antibiotique, expliquent ces scientifiques. Le test doit aussi être bon marché pour encourager une utilisation généralisée, estiment-ils. Selon les Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC), un tiers des 154 millions d’ordonnances pour des antibiotiques prescrites chaque année par les médecins lors d’une consultation aux États-Unis n’est pas nécessaire. La résistance microbienne aux antibiotiques est responsable de deux millions d’infections dont 23.000 décès annuellement aux États-Unis.

 

Par Sciences et Avenir avec AFP

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply