Votre entourage peut être le pire ennemi de vos projets : mauvais œil, ou…mauvaise langue ?

Votre entourage peut être le pire ennemi de vos projets : mauvais œil, ou…mauvaise langue ?

Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire. Confucius

Après avoir lancé plusieurs entreprises, j’ai constaté que les dernières personnes à qui l’on peut s’adresser lorsqu’on rencontre des difficultés, c’est bien l’entourage immédiat. C’est vrai qu’on est tous tentés de commencer nos projets dans le cercle familial ou amical pour en faciliter le démarrage, mais avant de miser sur vos connaissances pour faire fortune, il faut se rappeler de ce vieil adage qui dit : « Nul n’est prophète en son pays ».

Mauvais œil, ou mauvaise langue ?

Notre Prophète SAAWS disait : استعينوا على قضاء حوائجكم بالكتمان فإن كل ذي نعمة محسود

Je me suis toujours demandé si le mauvais œil existait, et si oui, quel était son mode opératoire ? Avec le temps, et à force de me lancer dans des aventures à ne plus en finir, j’ai compris qu’il ne s’agissait sûrement pas d’un laser qui viendrait vous transpercer le corps pour vous immobiliser, ou pour faire échouer vos projets. Le processus est beaucoup plus simple.

À partir du moment où vous avez fait le choix de faire quelque chose dans votre vie, vous vous retrouvez dans le collimateur de ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire. C’est à partir de là que les agressions commencent et, si vous n’êtes pas prêts à affronter la tempête, tous vos projets vont tomber à l’eau. La dépression qui suit cet échec et la paralysie causée par la méchanceté des gens est ce qu’on appelle « le mauvais oeil », ou  »la mauvaise langue ». Si vous voulez l’éviter, c’est facile. Il suffit de rester immobile, de vous plaindre tout le temps et de ne surtout pas essayer de changer quoi que ce soit à votre vie.

La démonstration par les chiffres

Cela fait plus de deux ans que je mène une étude sur le comportement des individus face aux personnes actives et ambitieuses. L’avènement des médias sociaux et les outils statistiques qu’ils offrent, facilitent grandement la tâche.

La démarche est simple mais très révélatrice. Il m’a tout simplement suffit de faire plusieurs publications où j’ai fait appel à mes amis pour liker mes pages. Au début c’était facile d’en convaincre quelques-uns. Il n’y avait encore rien de sérieux. Mais au fur et à mesure que le projet se concrétisait, mes appels donnaient le résultat contraire.

Non seulement, le retour était quasi nul, mais la plupart de ceux qui avaient aimé ma page au début retiraient systématiquement leurs likes, chose qui m’éloignait de l’objectif fixé. Il suffisait de dire dans la publication : « On va bientôt atteindre 1000 like, dès qu’on dépasse ce seuil psychologique, je lance un projet important ». Il

a suffi de démontrer l’importance de l’atteinte d’un seuil précis pour lancer un projet, pour perdre 57 like en une heure. Pas n’importe lesquels, parce que 98% de ces gens qui ont choisi de retirer leur soutien, c’étaient des personnes que je connaissais personnellement et depuis longtemps. C’étaient les premiers à retarder le succès de ma campagne.

Même si cela était insignifiant pour moi et que l’objectif était de comprendre la dynamique qui règne au sein d’un groupe, ça révèle quand même une triste réalité, qui peut décevoir ceux qui comptent sur le soutien de leurs proches pour avancer.

Ceci n’est qu’un petit exemple de ce qui attend tout optimiste. J’ai choisi cet exemple parce qu’on peut voir des chiffres, mais les entraves peuvent être beaucoup plus graves.

Une mauvaise image d’eux-mêmes

À partir du moment où vous avez choisi de passer à l’action, il faut vous attendre à en subir les conséquences. Ceux qui rêvent de faire la même chose que vous, sans agir, prennent votre audace pour une insulte. Ils ne comprennent pas comment vous avez osé faire quelque chose dont ils rêvent depuis si longtemps.

La plupart d’entre eux vous connaissent depuis de longues années. Ils vous ont connus à une époque où vous ne faisiez pas beaucoup de bruit. Ils se demandent comment vous avez pu changer au point de faire quelque chose de votre vie, alors qu’ils sont toujours au même point dans la leur. Je les appelle les fantômes du passé. Ils restent cachés dans un coin jusqu’au jour où vous allez décider d’avancer. Ils viennent vous rappeler que votre place est en bas de l’échelle, avec eux.

Peur de vous perdre

Les parents où les amis très proches peuvent être un obstacle à votre réussite, non pas parce qu’ils ne veulent pas vous voir heureux, mais tout simplement par peur de vous perdre. Si vous n’êtes pas prudents et déterminés, ils risquent de projeter leurs peurs personnelles sur vous. Ils vont puiser dans leurs propres expériences pour essayer de vous éviter le pire. Ils agissent ainsi parce qu’ils sont inquiets pour vous, mais aussi par peur de vous voir quitter le cercle familial ou amical après votre succès. L’intention est bonne, mais le résultat peut être dévastateur.

Suivre son intuition 

L’erreur serait d’aller chercher un soutien quelconque auprès de vos relations, réelles ou virtuelles. Vous trouverez toujours des personnes bien intentionnées, prêtes à vous soutenir, mais sachez qu’elles sont rares. Les médias sociaux sont de merveilleux outils de communication, mais ils ne devraient jamais être une référence ou un indicateur de votre succès. Faites les choses comme vous le sentez. Vous êtes la seule personne à savoir ce qui peut vous convenir. Écoutez cette petite voix intérieure qui vous dit d’avancer et ignorer toute la chaqlala extérieure.

Par Mohamed IDIR
Expert en développement humain et communication

13 comments

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

13 Commentaires

  • […] J’ai créé plusieurs entreprises dans ma carrière et je n’ai jamais compris pourquoi ceux que j’ai hébergé quand ils étaient à la rue, ceux que j’ai aidé dans des situations délicates, ceux à qui j’ai prêté de l’argent dans les moments difficiles, ceux à qui j’ai payé le mariage, ceux qui ont trouvé une épaule pour pleurer, préféraient aller chez le concurrent, au lieu de venir encourager leur ami. La réponse se trouve dans cet article. […]

    REPLY
  • Votre nom *light
    8 juin 2016, 19 h 50 min

    Excellent mais vraiment excellent article bravo . Mots bien choisis

    REPLY
  • Votre nom *ghermayel
    8 juin 2016, 21 h 53 min

    votre texte sur le soutien ou non des proches est trés interessant,avec une analyse trés pointue melant psychologie et social,merci pour cette étude o combien revelatrice de comportements sociaux complexes.

    REPLY
  • Votrez nom *
    9 juin 2016, 18 h 19 min

    Excellent article, puis-je donné un titre à votre article si vous permettez bien-sûr:«les voleurs de rêves».

    REPLY
  • Votre nom *h.t
    11 juin 2016, 1 h 26 min

    Durant la lecture de l’article, j’avais l’impression que vous parliez de moi merci du conseil…..
    un gros like 🙂

    REPLY