Les 6 croyances toxiques pour la confiance en soi

Les 6 croyances toxiques pour la confiance en soi

1 ère croyance toxique : la confiance en soi est innée

La confiance n’est pas innée, elle s’acquiert, se nourrit et se construit au fil des ans. Avec la confiance en soi, l’estime de soi est bien meilleure. À tout moment dans la vie, la confiance est quelque chose qui peut être appris.

Cette qualité est essentielle pour les réalisations d’une personne durant sa vie. Cette capacité encourage les gens à savoir qu’ils sont utiles et qu’ils peuvent réussir dans leurs actions. Mais cette qualité de vie n’est pas innée : autrement dit, ceux qui ne possèdent pas cette caractéristique peuvent commencer à augmenter leur confiance en eux. C’est un capital qui s’accroît ou se tarit.

2ème croyance toxique : «  je n’y arriverai jamais  »

Il est important de savoir que vous avez la possibilité de programmer vos pensées et, par conséquent, d’influencer vos émotions et vos comportements. Ce n’est absolument pas réservé à une élite et bien accessible à toutes et tous. Les chercheurs en PNL le montrent suffisamment pour ne pas avoir à en dire trop… Mais saviez-vous que les sportifs de haut niveau avaient des séances de “reprogrammation” mentale en vue d’éviter la pression ou de se développer un moral de champion ?

En changeant simplement votre perception du territoire (réalité) et en modifiant votre discours, vous avez la possibilité de reprendre contact avec la partie de vous-même dont vous êtes fier et qui est  source de confiance.

Ces pensées sont des pensées paralysantes et peuvent devenir de vraies obsessions. Elles sont de véritables chaînes que l’on traîne sans s’en rendre compte. Il s’agit bien de croyances qui constituent des blocages psychologiques, des pensées et des croyances négatives, des entraves psychologiques ou même des monstres intérieurs stockés dans votre esprit. Ils ont tendance à avoir des effets négatifs sur vous, limitent considérablement votre capacité et programment votre esprit à l’idée d’abandonner toutes les possibilités d’atteindre vos objectifs et votre réussite en fin de compte.

De telles croyances constituent un frein puissant à toute initiative destinée à perfectionner et à augmenter ses compétences de travail. Imaginez un conférencier être capable d’exposer ses recherches devant un groupe de 10 personnes mais qui se dirait «  je ne pourrai pas y arriver  »

devant un groupe de 50 personnes… C’est bien réduire ses opportunités professionnelles que de se laisser convaincre par ces pensées négatives.

3ème croyance toxique : négliger le langage corporel

Vous êtes ce que vous paraissez ! Le langage non-verbal constitue plus de 70% de la

communication. Il est donc indispensable de bien veiller à adopter un langage corporel qui

traduise la confiance dans le domaine professionnel.

N’avez-vous pas remarqué que lorsque vous marchez dans la rue, vous pouvez juger très

rapidement du degré de confiance d’une personne ? A quoi cela tient-il ? A l’attitude, à la

manière de se tenir : c’est l’ ensemble du corps qui traduit le niveau de confiance de quelqu’un. Il faut donc se tenir droit, les épaules légèrement en arrière, le menton bien droit, en laissant les bras naturellement descendre le long du corps.

4ème croyance toxique : « je ne m’aime pas, je ne suis pas assez bon »

Un manager peut-il gérer une équipe de travail s’il ne parvient pas lui-même à prendre conscience de ses qualités et à consolider son autorité intérieure ? La réponse est non évidemment car comment l’équipe pourrait-elle faire confiance à une personne qui ne se fait pas confiance elle-même ? Et pourtant, dieu sait que j’ai pu rencontrer des cadres, des managers ou des Directeurs des ressources humaines à la confiance vacillante !Il sait aussi combien cela a pu peser sur la qualité de leur travail : des informations qui passent mal au refus de travail de la part des salariés, bien des situations peuvent enrayer l’efficacité du travail.

Si vous regardez autour de vous, vous verrez que toutes les personnes qui ont eu du succès à long terme dans tous les domaines de la vie, qu’il s’agisse du travail, de la vie familiale, des sports d’équipe ou à peu près tout, sont ceux qui développent un ensemble de comportements assertifs.

5ème croyance toxique : l’évitement, l’inaction et l’exigence de perfection

N’avez-vous pas remarqué que les personnes qui manquent de confiance font preuve de peu d’initiative, restent souvent en retrait de l’action, repoussent les défis à relever ?

Avez-vous remarqué, au contraire, que les personnes à qui tout semble sourire, font preuve d’une énergie débordante et sont dans l’action immédiate ?

Pourquoi les gens ne parvient-il pas à agir immédiatement ?

Il y a différentes raisons à cela, mais les plus courantes sont :

  • la perception que la tâche est désagréable ou écrasante
  • peur de l’inconnu
  • la peur du changement
  • le perfectionnisme
  • la peur de l’échec
  • la désorganisation

6ème croyance toxique : « soyons réalistes : le monde et la vie offrent peu de possibilités »

La Réussite dans la vie est souvent une question de timing. Être au bon endroit au bon moment peut changer votre vie là où vous vous y attendez le moins : encore faut-il être ici et maintenant en chassant les pensées paralysantes. Au Vénézuela, on a une expression : “ avoir son quart d’heure”. Elle exprime le fait que tout le monde dans sa vie a “son” quart d’heure qui peut changer sa vie, à condition de saisir sa chance et de ne pas la laisser filer.

Ne vous êtes vous jamais dit, en regardant une personne dont vous enviez la réussite :

« Il était là au bon moment, avec les bonnes personnes; quelle chance!  » … Et si ce n’était pas de la chance ? Si c’était juste des opportunités saisies par des personnes qui ont pu être là tout simplement ?

La psychologie prouve de façon concluante que le subconscient normal est porté vers le passé. En fait un passé depuis longtemps révolu. Le grand philosophe jankelevitch a bien montré tout le poids de la nostalgie chez l’être humain. Comme si cela ne suffisait pas, notre esprit conscient est, à tout le moins, distrait par des pensées inutiles– le plus souvent des pensées de dérive vers le négatif, d’inquiétude et de doute de soi. En fait, la recherche scientifique et médicale suggère que l’esprit normal, c’est à dire la pleine conscience de nos actions, n’est présent qu’un pour cent de la vie. 1%, vous vous rendez compte ? Si vous n’êtes réellement présent qu’un pour cent, vous avez très peu de chances d’obtenir des succès considérables car vous limitez votre rayon d’action et votre performance d’esprit.

Par Rifka Khedidja LAYACHI

D’après Franck NICOLAS  » Les 6 croyances toxiques de la confiance »

 

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply