Le destin n’existe pas – Part IV : la signature de Dieu

Le destin n’existe pas – Part IV : la signature de Dieu

Le destin n’existe pas – part I : la main tendue
Le destin n’existe pas – Part II : aide-toi le ciel t’aidera
Le destin n’existe pas – Part III : la croisée des chemins

Ce qu’il ne savait pas, c’est que la vie avait commencé à comploter pour le sortir de cette situation inconfortable, grâce à une graine qu’il avait semé.

Il avait quelques jours auparavant participé à une sorte de concours d’entrepreneurs pour décrocher une bourse de 5000$ offerte par le centre de développement local de Verdun (CLD).

Vu le nombre de candidats qui se sont engagés dans la course, il n’y croyait pas vraiment. Avouons-le, les chances de voir un restaurant remporter la mise étaient minces, surtout face à des projets technologiques.

Le lundi suivant, on a attaqué la semaine tranquillement après un week-end assez mouvementé.

L’épouse de Tony est arrivée avec le téléphone à la main en disant que quelqu’un voulait lui parler. On était en plein service du midi, et il lui a fait comprendre que ce n’était pas le bon moment pour parler au téléphone. Mais la personne au bout du fil disait que c’était très important.

Il a finalement décidé de prendre le téléphone. C’était Marc Cloutier du CLD qui l’appelait pour lui annoncer qu’il avait non seulement gagné la bourse de 5000$, mais qu’on plus le jury a décidé de lui offrir 2500$ de plus parce qu’il avait fait bonne impression selon son interlocuteur.

Il n’a pas attendu très longtemps pour aller réclamer ses gains, accompagné de son beau-père. La secrétaire n’a pas voulu lui remettre le chèque, prétextant une erreur commise sur le montant qui ne devait être que de 5000$ au lieu de 7500$.

Malgré les explications de Tony, elle a préféré vérifier l’information auprès de son responsable.

Elle est revenue quelques minutes plus tard avec la confirmation, en disant que c’était la première fois qu’elle voyait ça. Les membres du jury n’avaient pas l’habitude d’être si généreux avec les candidats selon elle.

Je ne sais pas comment interpréter cet évènement. Tout ce que je peux dire c’est qu’il a réussi à décrocher un prix que d’autres n’ont pas pu avoir.

Les plus sceptiques diront qu’il a fait une bonne présentation et il a réussi à séduire le jury, c’est possible. Mais comment expliquer la somme de 2500$ qui a été accordée en extra ?

Tony appel ça « la signature de Dieu ». Il dit que c’est un clin d’oeil de notre créateur pour nous dire qu’il sait récompenser ceux qui lui font confiance et qu’il paie toujours ces dettes envers les êtres qui savent tendre  la main à leur prochain.

Pourquoi pas ?

Toujours partant de faits vécus, j’en ai une dernière qui donne à réfléchir autant que les autres.

On va arrêter cette série sur le destin après cette histoire qui se déroule aussi à Verdun (Montréal). Il y’en a quelques autres que j’aimerais partager avec vous, mais vous allez finir par nous prendre vraiment pour des fous.

Jusqu’à maintenant, je me suis contenté de rapporter des évènements assez légers, dont les témoins sont encore en vie. C’est ensuite à vous de regarder autour pour voir comment votre destin change en fonction de vos actions.

Cette fois c’est l’histoire d’une jeune femme nommée Laura. Elle venait au restaurant de Tony pour avoir son repas quotidiennement.

Elle était atteinte de plusieurs troubles psychologiques et son apparence était si répugnante, que personne ne voulait l’approcher. Sa maladie lui a fait perdre toute notion de propreté, et les commerçants la mettait dehors pour ne pas faire fuir leurs clients.

Contrairement aux autres, Tony l’accueillait encore mieux que ses clients ordinaires, et il l’installait à une table pour lui servir son repas, toujours gratuit.

Des clients lui ont demandé un jour de la faire sortir, en le menaçant de quitter le restaurant si elle restait là. Sa réaction m’a vraiment troublé. Au lieu de se soucier du bien-être des clients qui paient leur addition, il les a tout simplement invité à quitter les lieux si elle les dérangeait. Laura a fini son assiette à table, comme d’habitude.

Elle est revenue un jour où Tony était dépassé par le travail, et elle s’est montrée très exigeante sur son repas.

Il avait en effet essayé de lui donner quelque chose pour la faire partir, mais elle n’a pas accepté ce qu’il lui a offert. Elle s’est montré particulièrement insistante, et un dialogue s’est engagé entre eux :

Laura : Ce n’est pas assez, d’habitude tu me donnes ce que je veux.

Tony : J’ai beaucoup de commandes Laura. Prend ça et revient un peu plus tard.

Laura : Non ! Tu es obligé de me donner ce que je te demande, j’ai faim !

La suite est assez intéressante, mais je suis désolé de vous dire que vous ne l’aurez que demain…

 

Par Mohamed IDIR
Expert en développement humain & communication

Pour lire tous les articles de cette auteur, cliquez ICI

 

1 comment

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • […] Le destin n’existe pas – part I : la main tendue Le destin n’existe pas – Part II : aide-toi le ciel t’aidera Le destin n’existe pas – Part III : la croisée des chemins Le destin n’existe pas – Part IV : la signature de Dieu […]

    REPLY