Élection présidentielle: pourquoi payer pour la continuité ?

Élection présidentielle: pourquoi payer pour la continuité ?

Les tambours de la  nouvelle campagne présidentielle ont sonnés et les candidats de tous bords s’empressent pour retirer le formulaire de candidature. À voir le niveau intellectuel et l’état mental de la plupart des postulants, c’est à se demander si les algériens prennent au sérieux ce qui devrait être un grand rendez-vous électoral organisé sur fond de crise. 

Une provision de 50 milliards de dinars a été retenue dans le projet de loi 2019 afin de couvrir les dépenses pour l’élection présidentielle du 18 avril. C’est l’équivalent de 419 millions de dollars américains.
C’est loin d’être le budget le plus élevé octroyé au monde mais ça reste que c’est une somme importante comparée à ce qui est dépensé par certains pays.

La chancelière allemande Angela Merkel a dépensé 19 millions d’euros pour sa dernière campagne électorale, Justin Trudeau a quant à lui déboursé un peu plus de 32 millions de dollars américains pour remporter les dernières élections fédérales au Canada. Les élections américaines restent les plus chères de l’histoire avec un nouveau record de plus de 3 milliards de dollars américains établit lors du dernier scrutin mais, il faut prendre en considération la taille du territoire et de la population.

419 millions de dollars américains c’est largement suffisant pour construire un hôpital digne de ce nom afin d’accueillir les malades qui peinent à se soigner dignement et à réduire la pression sur les centres hospitaliers existants si on peut les appeler ainsi.

Il faut l’avouer, l’Algérie a fait de grands pas dans plusieurs domaines et elle ne ressemble guère à celle des années 80. Même sur le plan des libertés individuelles on est loin de ce que l’on a connu à cette époque où l’on ne pouvait exprimer son opinion sans risquer d’en payer de lourdes conséquences.

Donnez-nous le nom de votre candidat et il sera le nôtre !

Notre pays a bel et bien changé mais…le chemin reste long, très long pour pouvoir prétendre que l’on peut se permettre de dépenser une somme aussi importante pour faire croire à un scrutin transparent qui va respecter le choix du peuple. Donnez-nous le nom de votre candidat et il sera le nôtre. On ni le temps ni les moyens de se lancer dans une mascarade qui va aboutir à un résultat connu d’avance !

Je vais en choquer peut-être certains mais passer le flambeau dans de telles conditions serait suicidaire. Un pays à l’équilibre très fragile, se trouvant dans le collimateur de plusieurs puissances étrangères attendant avec impatience la moindre petite faille afin de reproduire le scénario de la Libye, de la Syrie ou de l’Irak.
Un pays miné par des clans mafieux dont le seul souci est l’appât du gain ayant appris que l’anarchie est le meilleur environnement pour se remplir les poches et qui souffrent de ce semblant de stabilité qui les empêchent de dilapider ce qui reste comme richesses sur nos terres. Surtout un pays qui n’a pas encore fini, ou peut-être commencé à consolider sa propre identité, je dirais que pour l’intérêt suprême du pays, il vaut mieux que les prochaines élections s’inscrivent dans la continuité afin d’éviter que le pays ne sombre dans une anarchie pour laquelle il n’est pas du tout prêt.

 

1 comment

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • madalin stunt cars 2
    29 janvier 2019, 7 h 26 min

    Les élections américaines restent les plus chères de l’histoire avec un nouveau record de plus de 3 milliards de dollars américains établit lors du dernier scrutin mais, il faut prendre en considération la taille du territoire et de la population.

    REPLY