Chronique : Le développement personnel au service de l’entreprise

Article 03 : Le leadership et l’intelligence émotionnelle

Etre un manager qui arrive à atteindre ses objectifs annuels et réaliser un chiffre d’affaires supérieur aux attentes ne suffit plus aujourd’hui pour faire de lui un excellent manager. En effet, s’il ne prête pas suffisamment d’attention à son équipe de travail elle risque un relâchement voir des conflits qui vont conduire à long terme à son éclatement. Alors comment doit-il faire pour éviter que cela n’arrive ?

L’anticipation et l’une des caractéristiques les plus importantes qu’un manager puissent avoir.  Cette anticipation ne concerne pas uniquement la prise de décisions stratégiques pour son entreprise, il s’agit bien plus que cela.

L’une des compétences recherchées chez le manger de demain est bien l’intelligence émotionnelle. Cette compétence consiste à comprendre ses émotions et celles des autres afin de communiquer efficacement tant sur le plan personnel que professionnel.

En effet, l’intelligence émotionnelle est l’aptitude à prendre consciences de ses émotions et celles des autres et de les utilisées afin de mieux communiquer et contrôler ses imputions ou réactions et s’adapter aux changements. Avoir cette intelligence et savoir s’en servir dans la vie professionnelle est un atout majeur tant pour le manager que pour le collaborateur.

L’intelligence émotionnelle aide les professionnels et les entreprises à mieux performer si une flexibilité émotionnelle existe. Toute mauvaise utilisation peut paralyser un manager ou le faire basculer dans la manipulation à des fins personnelles. Donc, l’équilibre émotionnel est le mot d’ordre.

Le leadership est l’art de savoir tirer le meilleur de son équipe et faire en sorte qu’elle travaille plus fort. Ce résultat ne peut être obtenu si le manager compte uniquement sur son quotient intellectuel (QI).  La quête du bénéfice ne doit pas occulter la dimension humaine qu’il faut prendre en considération car c’est l’homme qui crée la valeur ajouté et il ne peut être productif efficacement que si il est bien considéré.

Le manager de demain ou le « leader coach » est celui qui exploite ses ressources et s’exerce continuellement pour développer des compétences en intelligence émotionnelle. Contrairement au QI qui se stabilise, le quotient émotionnel tend à s’accroître avec l’âge encore faut-il être conscient de son importance et être motivé pour le changement.

Un changement sur le plan individuel du manager ne peut porter ses fruits que si l’organisation dont il fait partie et prête à se transformer elle aussi. Pour ce faire, un leader expert doit savoir prendre le pouls émotionnel du groupe et faire évoluer les normes ou la culture de l’entreprise. De ce fait, les organisations peuvent devenir des incubateurs du leadership de résonnance qui transforme l’entreprise à un milieu de bien-être et d’épanouissement pour les personnes qui y vivent et par conséquent, une entreprise prospère par ses résultats.

La résonnance ne découle pas uniquement du fait que le manager trouve les bons mots et garde un esprit positif en toute situation, elle touche également sa façon de coordonner les activités avec un style de leadership particulier. Les chercheurs Daniel Goleman, Richard Boyatzis et Annie MacKee dans leur ouvrage « l’intelligence émotionnelle au travail » expliquent que parmi les six styles de leadership, quatre d’entre eux en l’occurrence : le visionnaire, l’entraineur, le partenaire et le démocrate créent un type de résonnance qui permet de décupler les performances des collaborateurs, alors que les deux autres (le gagneur et l’autoritaire) sont à déployer avec bien plus de prudence. Alors, comment faire de son équipe pluridisciplinaire une équipe gagnante ?

A suivre

Auteure :  Saliha  Outahar, Coach d’affaires et de vie

Saliha Outahar
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply