Chasse aux non-jeûneurs, une hypocrisie à l’algérienne

Chasse aux non-jeûneurs, une hypocrisie à l’algérienne

Selon des informations rapportées hier par divers médias, sept individus ont été arrêtés à Skikda car on leur reproche de ne pas avoir respecté l’un des préceptes fondamentaux de l’islam. Ils ont été pris en flagrant délit, à Collo, en train de péché par gourmandise.

Avec l’arrivée de ce mois sacré, le peuple et les autorités algériennes se souviennent soudainement que l’Algérie est un pays musulman. La constitution est là pour en témoigner si jamais vous avez des doutes.

On assiste au même scénario chaque année. Les non-jeûneurs sont traqués comme des criminels pendant tout le mois de ramadan, mais personnes n’ira les embêter dans les milliers de bars, de cabarets, ou de boites de nuits éparpillées sur tout le territoire national.

La plupart des algériens sont connus pour leur rigueur religieuse pendant le ramadan, mais aussi juste après un tremblement de terre. Le reste du temps tout est permis.

Personnellement j’ai choisi, librement, de respecter cette pratique qui m’apporte un bien-être spirituel indescriptible, mais qui nous a autorisé à punir ceux qui ont une autre vision des choses ? Sûrement pas Dieu, car il n’y a aucune contrainte en religion.

Il serait temps de cesser cette mascarade qui porte atteinte aux libertés individuelles et de s’occuper des vrais défis qui se dressent face une société qui en mal de repères.


J’aime la page pour avoir tous les articles de cet auteur, je clique ICI

 

2 comments
Karim Arhab
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

2 Commentaires

  • Romy
    19 juin 2016, 23 h 13 min

    J’adore vos articles mais très spécialement celui là, je suis d’accord sur tout ce que vous dîtes. Dans ce bled on s’attarde sur des futilités mais quand il s’agit d’affaires sérieuses c’est le bâclage total. Ce qui est très triste à moins avis !

    REPLY
  • Azayri
    21 juin 2016, 8 h 42 min

    Je partage votre avis, Mohamed Idir. Dans notre pays, on – à commencer par les responsables politiques et administratifs – est strict sur les aspects secondaires – c’est-à-dire qui ne lèsent que leurs auteurs- de la pratique religieuse mais pas sur les aspects essentiels, c’est-à-dire quand sont mis en cause ou en danger les intérêts de l’ensemble de ses habitants, musulmans et non musulmans.

    REPLY