L’anticonformisme, chance ou menace pour l’entreprise ?

L’anticonformisme, chance ou menace pour l’entreprise ?

Systématiquement hors des sentiers battus, les anticonformistes sont des personnalités clés dans nos organisations modernes.

L’entreprise et le monde professionnel en général font se croiser des personnalités diverses. Si certaines se conforment assez naturellement aux normes sociales et acceptent les manières de penser ou d’agir du plus grand nombre, d’autres ne se réalisent qu’en dehors des cadres et des traditions. Quelles questions ces profils font-ils émerger dans le monde du travail ? L’anticonformisme est-il l’atout maître ou le talon d’Achille de l’entreprise moderne ?

Une manière d’être et de faire

Etre anticonformiste, ce n’est pas juste « avoir un profil atypique ». Une personne qui n’aurait pas pris la voie « habituelle » pour accéder à un poste traditionnellement destiné à d’autres n’est pas, par essence, anticonformiste. Celle-ci a pu avoir un parcours chaotique, ou simplement différent, sans pour autant avoir eu la volonté profonde de s’affranchir des normes. A l’inverse, être passé par une grande école, souvent associée à un certain formatage, ne condamne pas au conformisme ou à la pensée unique.

Etre anticonformiste, c’est une manière d’être et de faire. C’est oser exprimer des idées qui vont parfois à l’encontre de la pensée commune et donc prendre le risque de s’exposer, de susciter des réactions (positives ou négatives) autour de soi. C’est afficher sa liberté. Les visionnaires sont ainsi, le plus souvent anticonformistes, – sans que les anticonformistes ne soient par nature des visionnaires (lire aussi la chronique : « A quoi reconnaît-on un leader ? »). Parce qu’ils ont envisagé, avant les autres, de nouvelles manières de faire, de concevoir, de penser et d’être. Parce que, ce faisant, ils remettent en question des normes et des systèmes connus et donc rassurants. Parce qu’ils provoquent ainsi le changement que certains redoutent.

Echapper à l’immobilisme

Si l’on pense l’anticonformiste comme une personne qui ne serait que dans le rejet des normes ou de l’existant, sans propositions concrètes ou constructives, sans vision ni aptitude au compromis, l’apport pour une entreprise semble peu évident. Une telle personnalité n’aurait d’ailleurs que peu de chance de s’épanouir au sein d’une entreprise où même les anticonformistes se doivent de prendre en compte la pensée commune. L’anticonformiste à valeur ajoutée n’est pas simplement différent dans sa manière d’être, de voir ou de penser, il est aussi capable de comprendre les implications du conformisme ambiant et anticipe ainsi les limites de ce qu’il est possible de réaliser.

Progressiste, créatif, libre, le collaborateur ou le dirigeant anticonformiste pourra en revanche permettre à l’entreprise de sortir de sa zone de confort en créant des opportunités de discussions et des situations propices à une autocritique parfois salutaire. Ses propositions iront dans le sens d’une amélioration de la performance, par le développement d’un avantage concurrentiel, la mise en place d’un nouveau modèle, l’optimisation de process existants… On pourra suivre ou non ses idées, mais l’apport d’une telle personnalité aura au moins le mérite de générer des réflexions, toujours saines, et d’échapper à l’immobilisme.

On pense aujourd’hui souvent à de grands patrons américains quand on évoque l’anticonformisme façon « visionnaire », aux patrons de géants du Web, par exemple, qui ont su anticiper des changements profonds, qui ont su réinventer certains modèles ou en créer de nouveaux. Prenez le créateur de Facebook, Mark Zuckerberg, jugé comme principalement en raison de par son apparence, lui que l’on a vu poser aux côtés de Barack Obama… en T-shirt. Pourtant, l’anticonformisme de ce grand patron résidait au départ dans la révolution qu’incarnait le modèle du réseau social qu’il a lancé en 2004 depuis Harvard.

Jauger les risques

Ces dernières années, des dirigeants – comme ceux de Netflix avec leurs congés illimités – ont également fait preuve d’anticonformisme en innovant dans leurs pratiques RH afin de faire évoluer les modes de travail et de management (lire aussi : « Comment Netflix a réinventé les RH »). La mise en place du télétravail, des bureaux partagés, d’espaces de coworking hors des murs de l’entreprise, mais aussi l’implémentation de solutions et d’outils collaboratifs favorisant la flexibilité sont autant de ruptures avec le modèle unique de l’entreprise, qui n’étaient pas sans risques. Car de tels changements induisent une révision du fonctionnement tout entier de l’entreprise et nécessitent par conséquent planification et accompagnement, vision et anticipation.

Les anticonformistes sont, qu’on le veuille ou non, des personnalités à gérer différemment au sein de l’entreprise. Il faudra, pour un manager ou un dirigeant, toujours évaluer le rapport entre les risques et les opportunités potentiellement générés par l’anticonformiste et ses idées.

La remise en cause de manières de faire éprouvées, l’intégration de nouveaux process, outils ou encore modèles brisant les codes peuvent être perçus comme une menace et provoquer des réactions hostiles de la part de collaborateurs moins adaptables, à qui une certaine routine – synonyme de sécurité – ne déplaît pas forcément. Une opportunité commerciale identifiées avant les autres par un anticonformiste pourra ainsi générer un véritable risque organisationnel et managérial. Ce risque, il faut pouvoir l’estimer, le mesurer et l’encadrer.

De même qu’il faudra parfois ménager les susceptibilités de certains collaborateurs, il faudra prendre en compte l’état d’esprit individuel de l’anticonformiste même. Parfois révolté par des modes de fonctionnement qu’il jugera archaïques ou par des outils obsolètes, il pourra manquer de flexibilité. Le manager devra alors s’appliquer à canaliser son potentiel et à l’accompagner, afin que sa vision et sa perception différentes puissent servir l’activité.

par Isabelle Bastide
Harvard Business Review

1 comment
Amel IDIR
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • minion rush
    4 juillet 2018, 10 h 48 min

    I think this is an informative post and it is very useful and knowledgeable. I really enjoyed reading this post. big fan, thank you!

    REPLY