Troubles du sommeil : les femmes sont les premières victimes

Troubles du sommeil : les femmes sont les premières victimes
©iStock

En ce mois sacré de Ramadan, nous avons tous un sommeil perturbé, irrégulier et les heures de repos demeurent insuffisantes. Selon une toute récente étude australienne, les femmes souffrent plus que les hommes de la fatigue ou encore de l’irritabilité entraînées par les mauvaises nuits.

Nuits agitées, trop courte, moral à zéro, irritabilité, dépression, fatigue excessive … On connaît les dommages collatéraux des troubles du sommeil. Ils toucheraient d’ailleurs davantage les femmes que les hommes d’après des travaux australiens, publiés le 23 mai dans la revue Journal of Clinical Sleep Medicine.  Pour mener à bien leur étude, les chercheurs de la clinique du sommeil Coolangatta, en Australie, ont suivi pas moins de 744 patients durant deux ans, de 2013 à 2015. Leur expérience avait pour objectif de comparer les impacts des troubles du sommeil chez les femmes et les hommes.

D’après les résultats de leur étude, les femmes sont davantage affectées que les hommes par les effets d’un sommeil perturbé. Ainsi, elles ont plus de probabilités de développer des somnolences en journée, 49% contre 36,9% pour les hommes. L’étude montre également que les femmes sont plus exposées à une fatigue excessive, à des dépressions sévères, et d’avoir plus de difficultés à se concentrer et à mémoriser .

Rappelons qu’une étude américaine, menée en 2013 par des chercheurs de l’Université de Duke (États-Unis), avait déjà montré que les femmes avaient besoin de dormir plus que les hommes, et qu’elles souffraient davantage des répercussions des mauvaises nuits.

Yasmine Amziane
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply