Mes petits secrets beauté : l’aloe vera

Mes petits secrets beauté : l’aloe vera

Les propriétés cicatrisantes et apaisantes de l’aloe vera sont reconnues depuis des millénaires. Cette plante grasse originaire des régions semi-désertiques est un précieux ingrédient de nos rituels beauté. Julien Kaibeck, le fondateur du mouvement Slow Cosmétique, nous propose quelques recettes pour utiliser cette plante dans nos routines de soin.

Utiliser son propre gel d’aloe vera

Si vous avez un vrai plant d’aloe vera (Aloe barbadensis Miller) en pot ou au jardin, au soleil et à l’abri du gel et des pesticides, vous pouvez faire une récolte individuelle. Coupez une belle feuille extérieure, sectionnez-la aux extrémités ainsi que sur les côtés. Puis retirez au couteau la peau, avec la cuticule qui contient le suc brunâtre, de façon à ne conserver que la précieuse « pulpe ». Le gel visqueux s’utilise tout de suite (par exemple en masque apaisant) mais la pulpe doit d’abord être pressée. Écrasez-la et appliquez le gel obtenu en masque liftant (15 minutes de pose). Vous le constaterez, il n’est pas facile d’incorporer le gel collant obtenu à une émulsion pour faire une crème. Mais vous pouvez le consommer tel quel pour faciliter la digestion ou sur la peau irritée pour l’apaiser. L’usage de l’aloe vera à la maison est limité car le suc « brut » est peu pratique à l’application et se conserve mal (3 ou 4 jours au réfrigérateur dans une boîte hermétique).

Mais vous pouvez trouver du gel d’aloe vera prêt à l’emploi dans les boutiques d’alimentation naturelle. Choisissez-le le moins transformé possible. Vérifiez bien que le premier ingrédient de la liste INCI soit « Aloe Vera » et non « Aqua ».

Pour les peaux grasses en manque d’hydratation

Pour un soin hydratant visage, rien ne sert d’appliquer le gel pur. Dépourvu de corps gras, il ne peut pas réellement améliorer la qualité du ciment épidermique, ni limiter la perte en eau. En revanche, il est très protecteur et humectant pour la peau en surface. Pour un soin profondément hydratant, appliquez une crème ou une émulsion à base d’aloe vera et d’huiles végétales. Comptez 9 parts de gel d’aloe vera pour 1 part d’huile (d’argan ou de noisette, par exemple). La préparation blanchit lorsque vous la mélangez et devient une crème.

Pour des cheveux forts et souples

Pour un soin démêlant après le shampoing qui permet de renforcer la fibre capillaire mais aussi de faciliter le démêlage et faire de jolies boucles sans frisottis, suivez la recette suivante :

– dans le creux de la main, frottez une noisette de gel d’aloe vera pur avec 2 gouttes d’huile d’avocat ou d’argan.

– Avec les doigts et les paumes, commencez à « coiffer » les cheveux mouillés comme si vous les peigniez, de haut en bas.

– Une fois le produit réparti sur toute la chevelure, laissez poser au moins 10 minutes. Démêlez alors comme à l’habitude. Le peigne glisse dans les cheveux plus facilement.

Vous pouvez sécher directement à froid, ou bien rincer avec de l’eau tiède avant de sécher pour vous coiffer facilement.

L’astuce en plus : ce soin « minute » est idéal aussi en soin après-soleil. Appliquez alors sur cheveux secs, de la même façon. Laissez poser 10 minutes et rincez avec un shampoing doux sans sulfate.

Un gommage pour un cuir chevelu plus sain

On y pense très rarement, mais un gommage du cuir chevelu est idéal pour réguler la sécrétion de sébum, purifier et rendre la pousse plus tonique. L’aloe vera est une base idéale car non grasse et très douce à la fois.

Mélangez dans votre main une grosse cuillère à soupe de gel d’aloe vera avec une cuillère à soupe rase de bicarbonate de soude. Massez la préparation sur le sommet de la tête, en répartissant le gel partout sur le crâne. Utilisez alors la pulpe des doigts pour masser sans frotter trop fort. La sensation est désagréable pendant un court instant, puis on ressent des frissons de plaisir lorsque le mélange aloe vera + bicarbonate commence à pétiller sur la tête. Le gommage dure 2 minutes environ. Rincez ensuite à grandes eaux, et poursuivez avec un shampoing doux sans sulfate.

Audrey Tropauer

http://www.psychologies.com/

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply