L’allaitement pourrait réduire le risque de crise cardiaque et d’infarctus chez la mère

L’allaitement pourrait réduire le risque de crise cardiaque et d’infarctus chez la mère
Photo APS

WASHINGTON – L’allaitement pourrait réduire le risque de crise cardiaque ou d’infarctus chez les mamans plus tard dans la vie, selon une nouvelle étude menée auprès de 300.000 femmes chinoises et publiée mercredi.

Les femmes qui nourrissaient leur bébé au sein présentaient un risque inférieur de 10% de développer des troubles cardiaques ou un infarctus, par rapport aux femmes qui n’allaitaient pas leur nourrisson, selon cette étude publiée dans le Journal de l’American Heart Association. L’étude indique par ailleurs que plus la durée d’allaitement était longue, plus cet effet est manifeste.

« Cette découverte devrait encourager une pratique plus répandue de l’allaitement, pour le bien de la mère autant que de l’enfant », indique Chen Zhengming, co-directeur de cette étude et professeur d’épidémiologie à l’Université d’Oxford, dans un communiqué.

« Cette étude conforte la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé encourageant les mères à nourrir leur bébé au sein exclusivement pendant les six premiers mois de leur vie », estime M. Chen.

Les études précédentes suggéraient que l’allaitement produisait un impact positif à court terme sur la santé de la mère, par exemple en termes de perte de poids ou de réduction du cholestérol, de tension artérielle et de niveaux de glucose après la grossesse. Toutefois, les effets à long terme de l’allaitement sur le risque de développer des troubles cardiovasculaires chez la mère ne sont pas clairs.

Pour cette étude, les chercheurs de l’Université d’Oxford, de l’Académie chinoise des sciences médicales et de l’Université de Pékin ont suivi 300.000 femmes chinoises âgées de 30 à 79 ans, dans le cadre d’une grande étude prospective baptisée China Kadoorie Biobank, qui fournit des informations détaillées sur leurs antécédents reproductifs et sur d’autres facteurs liés au mode de vie.

Au terme de huit années de suivi, 16.671 cas de troubles cardiaques et coronariens comprenant des crises cardiaques, ainsi que 23.983 cas d’infarctus ont été observés parmi les 290.000 femmes qui n’avaient pas d’antécédents de troubles cardio-vasculaires au moment de leur inscription dans cette étude.

Les chercheurs ont constaté que par comparaison avec les femmes n’ayant jamais allaité, celles ayant nourri leur bébé au sein présentaient un risque de crise cardiaque inférieur de 9% et un risque d’infarctus inférieur de 8%.

Les femmes qui ont nourri au sein chacun de leurs enfants pendant deux ans ont plus présentent un risque de trouble cardiaque inférieur de 18%, et un risque d’infarctus inférieur de 17%, par rapport aux femmes qui n’ont jamais allaité.

 

APS

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply