Houda-Imane Faraoun 5e femme au gouvernement plus puissante dans la région MENA, selon Forbes

Houda-Imane Faraoun 5e femme au gouvernement plus puissante dans la région MENA, selon Forbes
Prime Minister, Abdelmalek Sellal, and Houda-Imane Faraoun, postmaster during the ceremony in honor of Algerian women on the occasion of the celebration of World Women's Day at Hotel aurassi. Algiers on 08/03/2017 (Photo by Billal Bensalem/NurPhoto via Getty Images) | NurPhoto via Getty Images

Après avoir sélectionné en 2016 Nouria Benghebrit sur la base de critères qualifiés d' »approximatifs », le magazine économique américain Forbes sélectionne cette année Imane-Houda Faraoun, ministre da Poste et des TIC, dans le TOP 5 des femmes au gouvernement les plus puissantes dans la région MENA.

Mme. Faraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication depuis 2015, figure ainsi dans un classement dominé par l’Emiratie Sheikha Lubna Al Qasimi, ministre d’Etat à la tolérance, les deux Égyptiennes Sahar Nasr, ministre de l’Investissement et Ghada Waly, ministre de la Solidarité sociale.

La quatrième place de ce classement revient à Hind Subaih Barrak Al-Subaih, ministre des Affaires sociales du Kuweit.

Forbes omet le bloquage des réseaux sociaux

Forbes justifie le classement de Houda-Imane Faraoun à la 5e place par l’amélioration en 2016 de la position de l’Algérie de neuf places, passant du 112e rang en 2015 au 103e au classement de l’Union internationale des télécommunications (UIT).

Le magazine évoque également le parcours, universitaire et professionnel de Mme Faraoun avant sa nomination à la tête de ce secteur en 2015, faisant d’elle la plus jeune ministre du gouvernement.

Un classement qui semble encore une fois approximatif et imprécis, puisque les chercheurs de Forbes omettent ainsi de citer les multiples coupures volontaires du réseau internet et des réseaux sociaux durant les trois sessions des examens du baccalauréat des éditions 2016 et 2017.

Nul doute que la ministre de la PTIC n’aurait pas fait partie du TOP 5, voire du TOP 10 des femmes au gouvernement les plus puissantes dans la région MENA si Forbes constatait dans son étude ces coupures, dont l’impact sur l’économie était très lourd.

Les mêmes chercheurs qualifiaient de toute manière de « prouesse » la décision de la ministre de l’Education Nouria Benghebrit rééditer en 2016 le baccalauréat suite aux fuites de sujets sur les réseaux sociaux.

Une tunisienne dans le TOP 10

Contrairement à l’édition précédente, le classement n’est complété par une ministre marocaine mais par la Tunisienne Salma Elloumi Rekik, ministre du Tourisme, secteur vital pour la Tunisie.

Le classement est complété par Majd Shweikeh, ministre jordanienne de l’information, Madeeha bint Ahmed bin Nassir al-Shibaniyah, ministre omanaise de l’éducation, Lina Ennab, ministre jordanienne du tourisme et Faeqa bint Saeed Al-Saleh, ministre bahreïnie de la santé.

 

Source : huffpostmaghreb.com

Salima Tamani
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply