En Inde un café est tenu par des victimes de vitriolage

En Inde un café est tenu par des victimes de vitriolage

les victimes de vitriolage sont pointées du doigt et marginalisées dans la société indienne.Elles sont trop souvent rejetées et n’ont plus de vie sociale. Reconstruire leur vie en travaillant dans un café, c’est ce que propose la fondation Chhavy qui emploie uniquement des femmes victimes de brûlures à l’acide.

Le vitriolage est  une agression particulièrement violente, qui consiste à  jetter  de l’acide sur le visage des femmes, cela entraine une brûlure au 3e degré  et provoque d’importantes déformations et ulcérations.Cette pratique, qualifiée de crime d’honneur, est répandu en Asie principalement en Afghanistan, Inde, Pakistan et Cambodge.

Les attaques à l’acide sont  donc une monnaie courante en Inde où chaque jour, une femme est brûlée à l’acide sulfurique. Plusieurs associations voient le jour sur ce continent, et se battent contre ce fléau. c’est d’ailleurs pour cette même cause que la fondation Chhanv se bat depuis 2013 par le biais de leur campagne « Stop Acids Attacks ».

cette fondation a voulu  assurer aux victimes une petite aide financière, des soins médicaux adaptés et surtout un soutien moral. Chhanvy a trouvé une idée très ingénieuse celle d’ouvrir un  café , nommé :Sheroes Hangout dans la ville d’Agra, près du Taj Mahal. Les femmes y  retrouvent une vie sociale, regagnent confiance en elles et ont courage de se montrer en public.

Exclusive - A general view of the Sheroes' Hangout cafe on September 16, 2015 in Agra, India. A GROUP of acid attack survivors are baring their scarred faces to empower other abused women. Sheroes' Hangout is ran by Laxmi, Rupa, Chanchal, Ritu and Sonam, who do everything from cooking and cleaning to accounting and designing dresses. The café in Agra, India, was opened by an NGO aiming to encourage society to accept acid survivors - who are often shunned by their community. Rupa, now 22, was attacked when she was just 15-years-old whilst sleeping at home. The acid melted her skin, burned her eyebrows and disfigured her upper lip, leaving her in a coma for six weeks. Photo by Arkaprava Ghosh / Barcroft India/ABACAPRESS.COM  | 518887_026 Agra Inde India

Le café n’impose pas ses tarifications et n’affiche pas les prix, il  fonctionne sur le principe du « payez ce que vous voulez » , au final  la recette est reversée aux victimes de ces attaques à l’acide. Cela leur permet d’acquérir une certaine autonomie financière mais surtout de payer leurs soins, consultations, médicaments et procédure judiciaire.

Yasmine Amziane
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi