Comment éviter de finir ma vie seule ou de n’avoir que des histoires ratées ?

Comment éviter de finir ma vie seule ou de n’avoir que des histoires ratées ?

Question d’une lectrice : 

Depuis l’âge de 14 ans, j’ai rarement vécu seule. (…) Aucune relation n’a bien fonctionné et je commence à me demander si j’ai un défaut, une raison secrète qui m’interdit toute réussite amoureuse.

Parfois, j’ai peur de finir ma vie seule. Je crois que j’ai appris dans mon enfance qu’une femme sans partenaire n’est pas une vraie femme. J’ai horreur de l’idée de me retrouver vieille fille un jour. Mais parfois je me demande quelle horreur est la plus grande : l’image de ma tante célibataire, qu’on m’a toujours présentée comme une femme un peu étrange, seule et sans amour, ou l’image de mes parents qui sont mariés depuis 40 ans, qui ont une relation sèche, sans estime, ennuyeuse, pas remplie de vie.

En ce moment, au lieu de me réjouir des possibilités que j’ai de profiter de ma liberté, je reste là à attendre passivement un homme qui vit à 2000 km de moi et qui m’a dit qu’il ne m’aime pas. Pourriez-vous m’aider à voir plus clairement ma situation et à trouver une possibilité d’en sortir ?

Réponse de la psychologue clinicienne 

Si je vous ai bien lue, vous vous demandez s’il existe un gène « du ratage sentimental », une tare héréditaire qui empêcherait de rencontrer l’âme sœur ?

Rassurez-vous, un tel défaut n’existe pas. Par contre, enchaîner les échecs amoureux les uns derrière les autres n’est absolument pas le fruit du hasard. Au contraire, ces difficultés reflètent et révèlent des dimensions cachées de vous-mêmes qu’il vous faut découvrir si vous voulez évoluer et changer. Derrière ces fiascos à répétition se cache un « désir inconscient » d’échouer.

D’où vient ce désir ?

Pourquoi dans votre tête se tapit l’idée que vous n’avez pas le droit d’être aimée, que vous ne le méritez pas, que c’est interdit ? Les enfants qui ont vu leurs parents souffrir ensemble, plutôt que se séparer, intériorisent souvent cette image « désolante » de la relation de couple.

Votre mère a fait le choix de vivre auprès d’un homme qui ne l’aimait pas plutôt que d’affronter la solitude. Il semble que vous reproduisiez cette « malédiction » et que vous ne vous autorisez pas à faire mieux qu’elle…

C’est peut-être un début d’explication. Mais ce n’est pas la seule. Depuis l’âge de 14 ans, vous n’avez jamais pris le temps de vous poser pour faire le point, pour analyser vos points forts, vos points faibles. Vous n’avez jamais eu le courage de fonctionner toute seule, comme une grande. En fait, vous utilisez l’autre comme une prothèse, une raison d’être qui vient combler vos interrogations existentielles et masquer vos manques.

Dans son livre N’y-a-t-il pas d’amour heureux ? (éditions J’ai lu ), le psychologue Guy Corneau explique : « Nous préférons dormir dans l’illusion qu’un amour fantastique viendra tout transformer et nous éviter d’avoir à nous prendre en main. En vérité, on ne peut aimer si l’on ne s’aime pas soi-même.

Il ne saurait y avoir d’intimité avec l’autre sans intimité avec soi-même. Une femme ou un homme doit savoir dépasser par lui-même le sentiment de vide et de dépression qui l’habite lorsqu’il ou elle n’est pas amoureux. »

En clair, cela signifie que l’amour est une invitation au travail sur soi. Seule la découverte du plaisir d’exister, indépendamment de la romance, indépendamment de l’autre, pourra vous apporter l’équilibre intérieur nécessaire à un amour authentique.

Tant que vous associerez l’indépendance et le célibat à l’image calamiteuse d’une vieille fille qu’aucun homme ne désire, vous continuerez à rechercher une compagnie masculine, quelle qu’elle soit, simplement pour ne pas vous retrouver toute seule.

Méditez donc la sagesse populaire de cet adage « Mieux vaut être seule que mal accompagnée ! »

 
Catherine Marchi, psychologue clinicienne, est diplômée de l’Université René Descartes Paris V.

Psychologies

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply