la pièce « à mon age je me cache encore pour fumer » adaptée au cinéma

la pièce « à mon age je me cache encore pour fumer » adaptée au cinéma

« A mon âge, je me cache encore pour fumer » est une tragi-comédie qui rassemble 9 femmes d’âges et de conditions diverses dans un hammam à Alger… Elles sont là pour se laver et se faire une beauté mais surtout et avant tout pour parler, se parler … Dans l’intimité de cet espace féminin protégé de l’extérieur, les regards et les points de vue se  complètent, se rejoignent et se croisent, entre pudeur et hardiesse, dans le dévoilement violent, ironique, drôle et grave des silences refoulés de femmes qui se sont tues trop longtemps.

Peu à peu se révèlent leurs destins particuliers, à travers des histoires qui ont marqué et modelé leur chair, dévoilant progressivement la violence politique, sociale et sexuelle d’une Algérie ravagé par le courant islamique extrémiste du FIS ( front islamique du salut) dès le début des années 90. Loin de tout regard accusateur, elles peuvent échanger états d’âmes, confidences, rêves, colères, joies, fantasmes, coups-bas ou petites mesquinerie. Elles peuvent parler de morale, de religion, de sexe mais aussi de politique et bien sûr … débattre allègrement des hommes.

Se déroulant à Alger, « A mon âge, je me cache encore pour fumer » est le portrait de neuf femmes. Elles n’ont pas le même âge, elles viennent de milieux sociaux différents, mais se retrouvent toutes dans un hammam.  Qu’elles soient mères de famille, islamistes extrémistes ou femmes modernes, dans ce lieu, elles sont toutes à l’abri des hommes. Adapté d’une pièce de théâtre, le film est écrit et réalisé par la comédienne Rayhana Obermeyer . Au casting, la chanteuse et comédienne algérienne Biyouna, Fadila Belkebla , Nadia Kaci et Hiam Abbass . Le tournage n’a pas pu se faire dans un hammam en Algérie ou en Turquie à cause de la nudité présente dans le film. L’équipe du film a dû se rabattre sur un hammam de Salonique en Grèce, pays qui a été occupé pendant 4 siècles par les ottomans et qui possède encore quelques hammams traditionnels.

Yasmine Amziane
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply