Wall Street termine dans le vert après un départ difficile

Wall Street termine dans le vert après un départ difficile
PHOTO SETH WENIG, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

La Bourse de New York a terminé la séance en hausse lundi, aidée par la perspective d’une baisse de la régulation pour certaines banques régionales: le Dow Jones a gagné 0,07% et le Nasdaq 0,10%.

Selon des résultats définitifs à la clôture, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average a progressé de 17,49 points, à 23 439,70 points, après un repli de plus de 50 points en matinée.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a gagné 6,66 points, à 6757,60 points.

L’indice élargi S&P 500 a avancé de 0,10% ou 2,54 points à 2584,84 points.

Selon la presse américaine, un accord bipartite a été trouvé entre républicains et démocrates au Sénat et prévoit d’imposer une supervision moins contraignante de la banque centrale américaine (Fed) sur certaines banques régionales, modifiant l’une des régulations imposées après la crise financière dans le cadre de la loi Dodd Frank.

«Il y a une série de règles idiotes dans la régulation Dodd Frank. Ils tentent visiblement de supprimer les plus évidentes», a commenté Maris Ogg de Tower Bridge Advisors.

Cette nouvelle semblait atténuer l’influence sur les principaux indices de la lourde chute du cours du conglomérat industriel General Electric (-7,2%) après l’annonce d’un plan de restructuration prévoyant 20 milliards US de cessions d’actifs et des milliers de suppressions d’emplois.

Les investisseurs paraissaient par ailleurs montrer moins d’inquiétude vis-à-vis du possible report d’une partie de la grande réforme fiscale sur l’imposition des entreprises, les deux chambres du Congrès n’étant pas d’accord sur les délais d’application.

Coup de sabot

Les marchés «semblent moins s’intéresser aux détails de la loi comme le taux exact d’imposition des sociétés ou les délais d’application qu’au fait qu’il se passe enfin quelque chose au Congrès. En somme, il y a l’espoir que des avancées politiques aient enfin lieu après des échecs répétés, à l’image de la loi sur la santé», a indiqué Nate Thooft de Manulife Asset Management.

«Je ne pense pas que les investisseurs s’attendent désormais à quoi que ce soit de la part de ce Congrès», a réagi Maris Ogg.

«Supprimer la «carotte» fiscale qui a poussé à la progression des marchés (…) mènerait les investisseurs à agir comme un âne déçu qui enverrait un rapide coup de sabot en arrière», a quant à lui averti Sam Stovall de CFRA.

Sur le front des valeurs, Qualcomm a progressé (+2,97%), le conseil d’administration du groupe de semi-conducteurs ayant rejeté lundi l’offre non sollicitée de son concurrent Broadcom (+0,02%), évaluée à 130 milliards US.

Le fabricant de jouets Hasbro a avancé (+5,9) après avoir proposé à son concurrent Mattel (qui a bondi de 20,7%) de le racheter, selon des informations du Wall Street Journal.

Boeing (+0,6%) a profité de l’engagement de la compagnie aérienne Emirates de Dubaï d’acheter 40 Boeing 787-10 Dreamliner pour un prix catalogue de 15,1 milliards US, à l’occasion du salon aéronautique international Dubai Airshow 2017.

La Bourse de Toronto a clôturé en baisse. L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a lâché 13 points pour terminer la séance à 16 026,26 points.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a progressé de 2 cents US à 56,76 $ US le baril, tandis que celui du lingot d’or a grimpé de 4,70 $ US à 1278,90 $ US l’once. Le prix du cuivre a bondi d’environ 4 cents US à 3,12 $ US la livre.

La Banque du Canada, qui publie chaque jour le cours moyen du dollar canadien, était fermée lundi pour le congé du jour du Souvenir.

AFP- Avec La Presse canadienne

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply