Scandale des moteurs truqués : la prison pour un ingénieur de Volkswagen

Scandale des moteurs truqués : la prison pour un ingénieur de Volkswagen
Dieselgate - James Robert Liang (à g.) a reçu sa sentence cet après-midi, après avoir plaidé coupable une accusation de complot le 9 septembre 2016. PHOTO : AP

Un ingénieur de Volkswagen ayant eu un rôle important dans le scandale des moteurs truqués a été condamné vendredi à plus de trois ans de détention en plus d’écoper d’une amende de 200 000 $ US – une peine plus sévère que ce réclamait la poursuite. 

Robert Liang, 63 ans, savait que le constructeur automobile allemande déjouait les normes antipollution, a affirmé le juge de la cour de district Sean Cox au cours d’une audience à Detroit. Celui-ci a imposé une peine d’emprisonnement de 40 mois au sexagénaire.

Peine sévère

M. Liang, qui pourrait être déporté en Allemagne une fois qu’il ne sera plus derrière les barreaux, n’a pas voulu s’exprimer.

Son avocat, Daniel Nixon, avait fait valoir au juge que la collaboration de Liang avait permis d’inculper d’autres responsables du groupe automobile allemand dont Olivier Schmidt. Ce dernier, arrêté en début d’année aux États-Unis, a aussi choisi de plaider coupable en août et attend sa sentence qui doit être prononcée le 6 décembre.

Par conséquent, les procureurs américains demandaient une peine d’emprisonnement de 36 mois ainsi qu’une amende de 200 000 $ US, alors que la peine maximale était de 60 mois et 250 000 $.James Liang, qui est le premier à être condamné, avait été basé en tant qu’ingénieur de 1983 à 2008 à Wolfsburg, le siège de VW en Allemagne, où il travaillait au département chargé du développement du diesel.

AP – AFP

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply